Basket — Eurocoupe : Nanterre trop court

La JSF Nanterre s'incline 83-92 contre Oldenbourg pour cette avant-dernière journée des phases de poule de l'Eurocup et est à un cheveu de l'élimination. Les franciliens sont tombés en ayant pourtant des armes à la main.

Nanterre devrait sortir de l’Eurocup avant même la dernière journée. Le vainqueur du dernier Eurochallenge devait l’emporter contre Oldenbourg pour continuer à croire à la qualification. Plus justes, ce sont les allemands qui devraient joueront leur billet pour le «Last 32» la semaine prochaine. Les chances de qualifications des français sont désormais infimes et pourraient définitivement s’envoler si Trento s’impose demain mercredi chez le dernier du groupe, Bonn.

La JSF Nanterre avait pourtant les armes pour battre son adversaire du soir, pas réellement supérieur. Les joueurs de Pascal Donnadieu ont laissé filer la rencontre en seconde mi-temps en forçant leur jeu porté sur le tir extérieur jusqu’à la caricature.Les deux équipes étaient pourtant restées au coude à coude toute la première mi-temps, Oldenbourg menant d’un tout petit point 39–40.

Face à une équipe bien en place, les coéquipiers de Gerald Robinson (17 points en seconde mi-temps) ont vu l’écart gonfler irrésistiblement. Une tentative désespérée de retour en fin de match n’y changa rien. Oldenbourg a appuyé sur une défense locale trop tendre sous le cercle, une des grosses faiblesses de la JSF cette saison. Sans point de fixation dans la raquette, point de salut et le score final 83–92 reflète une logique que Nanterre aurait pu renverser. Cette défaite marque presque certainement la fin de l’aventure pour les nanterriens à moins d’un gros concours de circonstances lors des derniers matchs de la poule mercredi soir et la semaine prochaine. Le champion de France 2013 va pouvoir se consacrer à l’objectif de la mi-saison, la Leaders Cup réservée aux huit meilleures équipes françaises à la fin de la phase aller.

Le joueur : Vaughn Duggins (EWE Oldenbourg). L’ancien manceau a été le grand artisan du succès des siens, impressionnant de maîtrise. Tantôt sniper derrière la ligne à trois points (3/4) et surtout toujours dans le contrôle du tempo, l’arrière termine meilleur marqueur du match avec 22 unités.

Le chiffre : 9/27 soit l’adresse à trois points pour Nanterre. La JSF a abusé du tir lointain pendant les trente premières minutes, sans chercher les meilleures positions de shoot. 16 tirs primés tentés à la pause, 22 en 23 minutes … Un manque de variété offensive cruel à ce niveau.