En PACA, le vote identitaire d’Abdel et Aïcha

Le Front national a triplé son précédent résultat à Orange (Vaucluse) lors des élections régionales. Arrivée en tête, la liste de Marion Maréchal-Le Pen obtient même l'adhésion de populations immigrées.

A l’entrée d’Orange, un immense tag orne les murs d’un tunnel : “Sécurité, immigration, emploi, votez FN”. Dans cette ville de 30 000 habitants, la vague frontiste a atteint 37,65% au premier tour des régionales. Marion Maréchal-Le Pen, petite-fille de Jean-Marie, a triplé le score effectué par son grand-père en 2010.

Dans ce coin du Sud de la France, un de ses bastions, le Front national a agité pendant toute la campagne la question identitaire. “Chez nous, on ne vit pas en djellabah, on ne vit pas en voile intégral et on n’impose pas des mosquées cathédrales”, a lancé Marion Maréchal-Le Pen, à Toulon le 1er décembre.

<blockquote class=“twitter-tweet” lang=“fr”><p lang=“fr” dir=“ltr”>.<a href=“https://twitter.com/f_philippot”>@f_philippot</a> <a href=“https://twitter.com/hashtag/le79inter?src=hash”>#le79inter</a> &quot; Il y a des musulmans qui votent pour le FN. &quot;</p>&mdash; France Inter (@franceinter) <a href=“https://twitter.com/franceinter/status/674852320962854912”>10 Décembre 2015</a></blockquote>
<script async src=”//platform.twitter.com/widgets.js” charset=“utf‑8”></script>

Non loin de la mairie d’Orange, Abdel, le propriétaire du Croq’s Kebab, boit une bière avec son collègue. Originaire du Maroc, le petit homme de 49 ans, a pourtant voté pour le parti lepéniste. Il assume son choix : J’ai bénéficié de l’immigration par le biais de mes parents dans les années 1970. Maintenant, la situation économique n’est plus la même. Et même si le conseil régional n’a pas de pouvoir pour cela, ça aura une influence sur les échéances à venir. On verra que le Front national au pouvoir, ça marche !”

“Au moins, ils se préoccupent de nous” 

Assises sur la terrasse ensoleillée d’un fast-food de la ville, deux jeunes brunes ont voté pour la première fois. Leur choix : le FN. Aïcha Saïda et Nadya François, 18 ans et 21 ans, sont titulaires du brevet des collèges. Déçues de ne pas trouver du travail, elles se sont intéressées à la campagne des différents partis. Pour elles, le verdict est simple, même si elles se font peu d’illusions : Les seuls militants présents sur le terrain sont membres du Front National. Ils sont jeunes, connaissent la ville et la situation des précaires. On sait qu’ils ne nous trouveront pas de travail, mais au moins, ils se préoccupent de nous.” 

<blockquote class=“twitter-tweet” lang=“fr”><p lang=“fr” dir=“ltr”>Ces musulmans qui votent FN <a href=“https://t.co/ODRzGGgP7R”>https://t.co/ODRzGGgP7R</a> via <a href=“https://twitter.com/YouTube”>@YouTube</a></p>&mdash; Harvey (@HarveyH94) <a href=“https://twitter.com/HarveyH94/status/674756281413038080”>10 Décembre 2015</a></blockquote>
<script async src=”//platform.twitter.com/widgets.js” charset=“utf‑8”></script>

Peu importe les capacités d’action limitées du conseil régional, l’action des élus sur le terrain séduit. “Nos parents ont aussi voté pour la liste de Le Pen”, expliquent les deux amies, avec franchise. Avant d’ajouter : “On a envie de nouvelles personnes, à la région comme à l’Elysée. On galère, tout le monde se fout de nous. Le FN vient nous voir, sans nous prendre de haut.”