Suisse : la police recherche un “pote” en fuite de Salah Abdeslam

Selon RTL, deux hommes, de nationalité belge, ont été arrêtés et aussitôt relâchés à la frontière suisse. L’un d’eux connaissait Salah Abdeslam, l’un des terroristes présumés des attentats du 13 novembre. Ils sont actuellement recherchés.

Ils ont été contrôlés mardi 8 décembre, aux alentours de midi, au poste de frontière de la Cure dans le Jura (39). Leur véhicule utilitaire a alors une plaque d’immatriculation belge. Rapidement, les douaniers se rendent compte que le conducteur de la voiture, Erol Ozen, 24 ans, fait l’objet d’une « fiche de sûreté » émise par la Belgique. Originaire de Turquie, ce dernier a été incarcéré plusieurs mois avant d’être relâché en septembre. D’après les services de renseignement belges, il aurait fréquenté « l’insaisissable » Salah Abdeslam, l’un des terroristes présumés du commando de Paris, en fuite depuis près d’un mois.

Selon des informations d’RTL, Erol Ozen n’aurait pas cherché à dissimuler, pendant le contrôle, ses liens avec l’homme le plus recherché d’Europe. « C’est un voisin, un pote », aurait-il détaillé ajoutant qu’il « l’avait encore vu il y a un mois ou deux ». Les douaniers français fouillent son véhicule mais ne découvrent rien de suspect, si ce n’est la présence de trois téléphones portables dont l’un ne cesse de sonner. Erol Ozen et son passager justifient le motif de leur passage en Suisse : une visite familiale, qu’ils vont rendre à « un oncle » résidant à Genève.

Interceptés, et presque aussitôt relâchés

Les deux hommes repartent donc libres. Mais quelques heures plus tard, précise encore RTL, leur voiture, qui roule en direction de la France, échappe à un nouveau contrôle. D’après le site d’information suisse Le Temps, personne ne sait si les deux hommes sont toujours à bord. Depuis vendredi 11 décembre, les services de renseignement suisses ne croient plus à la thèse de la simple visite familiale et recherchent activement les deux suspects.

Un mois après les attentats du 13 novembre, l’enquête internationale se concentre dans la région genevoise, qui a relevé le 10 décembre son niveau de vigilance. Elle a permis jusqu’ici l’identification de six assaillants mais le suspect-clé, Salah Abdeslam, reste introuvable.