Tafta : la galaxie des opposants

Le traité transatlantique de libre-échange (Tafta) est négocié jusqu'à vendredi à New-York. Europe et Etats-Unis peinent à s'accorder sur les termes de l'accord. Les anti-Tafta, aussi différents qu'ils soient, semblent avoir trouvé un terrain d'entente.

Le treizième cycle des négociations du traité transatlantique de libre-échange s’achève dans la nuit de vendredi à samedi 30 avril à New-York, alors que le texte continue d’être décrié. Des réseaux sociaux aux médias traditionnels, en images, en vidéo ou en chanson, tour d’horizon des prises de position anti-Tafta.

L’opposition en image, en vidéo, en chanson

Premier objectif : la pédagogie. Pour bien comprendre le traité, la boite de production Première Ligne et Story Circus, avec France Télé, ont fait une vidéo explicative. Sans oublier d’y ajouter une pointe d’ironie. Un format qui a été plébiscité avec plus de trois millions de vues en quelques mois sur le réseau social Facebook.

Dans un autre style, Frédéric Fromet se met dans la peau d’un poulet au chlore sur l’air d’une chanson bien connue (Le Grand Orchestre du Splendid — La salsa du démon … ) et pointe avec humour les conséquences potentielles du traité.

Noël est passé, ou n’est pas encore arrivé. Dans le doute, le collectif Stop Tafta, qui veut faire arrêter les négociations américano-européennes sur le Tafta,  a proposé son propre menu, très critique envers le traité de libre-échange. Le gouvernement en prend pour son grade. Un repas plutôt épicé en somme.

menudenoel-tafta

Les fantasmes des opposants

Ce qui apparaît derrière cette variété de messages, c’est aussi la variété des luttes dans l’indignation générale que suscite le traité.

L’opacité des négociations nourrit aussi la peur que l’Europe ne se fasse manger par l’« ogre américain » et donne de la matière aux fantasmes des opposants au traité.

Surfant sur la peur de voir des boeufs aux hormones remplir nos assiettes, les plus virulents multiplient les campagnes, misant sur la provocation et l’indignation.

https://twitter.com/ChoquetR08/status/725941146019467264

Thibaut Soulcié, caricaturiste, n’apprécie visiblement pas Christian Clavier. Dans une caricature pour Télérama, il illustre à sa manière le rapport de force entre les Etats-Unis et l’Union européenne sur le traité de libre-échange.

ChNA4qUWwAESixm

Les extrêmes d’accord

La scène politique surfe sur ces inquiétudes et cette indignation. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen n’ont eu de cesse d’exprimer leur désaccord sur l’adoption potentielle d’un traité de libre-échange avec le géant américain. Aux deux extrémités de l’échiquier politique, nous dirigeons-nous vers une alliance Front de Gauche-FN ? Peut-être pas. Les deux partis auront au moins un point sur lequel s’accorder.

Tandis qu’Etats-Unis et Union européenne sont encore loin d’un accord, les opposants, eux, ont déjà trouvé un terrain d’entente. Une galaxie où même les étoiles les plus éloignées s’alignent.