5 questions pour comprendre l’affaire Denis Baupin, le “DSK des Verts”

Huit femmes proches du parti Europe Écologie Les Verts accusent le député Denis Baupin de harcèlement et d'agressions sexuels.

De quoi est accusé Denis Baupin ?

Le député écologiste est accusé d’avoir, entre 1998 et 2014, harcelé ou agressé sexuellement plusieurs militantes ou cadres du parti Europe Écologie Les Verts.

Denis Baupin conteste les faits rapportés par Mediapart et France Inter, mais a démissionné de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale.

Que s’est-il passé ?

À la fin des années 1990, Denis Baupin aurait fait plusieurs propositions sexuelles à Annie Lahmer, aujourd’hui conseillère régionale d’Ile-de-France. Suite au refus de Lahmer, le député écolo lui rétorque “Toi, t’auras jamais de poste au sein du parti”.

Sandrine Rousseau (la porte-parole d’EELV) raconte également qu’en octobre 2011, il la croise dans un couloir, la colle au mur et tente de l’embrasser de force. Elle le repousse, mais ne dit rien à personne.

En sus de ces deux témoignages, Elen Debost, Isabelle Attard et quatre anonymes témoignent de faits similaires dans l’enquête de Mediapart et France Inter.

Pourquoi l’affaire Baupin sort maintenant ?

Le timing interroge. Denis Baupin a quitté le parti écologiste le 18 avril, créant certainement un climat plus favorable aux révélations. Aussi, il est marié à Emmanuelle Cosse, ministre du Logement depuis le 11 février 2016 et qui a elle aussi quitté le parti.

D’après la version officielle, les langues se délient ce 9 mai à cause d’une photo publiée sur le compte Twitter de Denis Baupin.

Choquées par la photo, les victimes du député décident alors de prendre la parole.

Denis Baupin a‑t-il un passif ?

D’après les témoignages, Denis Baupin est un récidiviste. Au parti, il est surnommé “le Poulpe”. Il est connu pour être très tactile avec les femmes, particulièrement avec des subalternes. En 2013, un article universitaire décrit, sans donner de nom, un élu EELV qui serait “un DSK des Verts”.

Selon Mediapart et France Inter, quand les victimes ont dénoncé au parti l’attitude de Baupin, personne n’a été surpris : “Ah mais c’est connu”, “Ah, il a recommencé”. Aucune sanction n’a alors été prise.

Quelles vont être les conséquences de l’affaire ?

Denis Baupin a déjà démissionné de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale.

Emmanuelle Cosse, la femme de Baupin, va devoir s’exprimer, surtout si elle avait connaissance des agissements de son époux, comme l’a laissé entendre Yves Contassot, un élu EELV. D’autant qu’elle est ministre du Logement.

La plupart des faits rapportés constitue du harcèlement sexuel, voire des agressions sexuelles. Seuls certains peuvent faire l’objet de poursuites : la prescription pour ces faits, en France, est de trois ans.

Ces prochains jours, d’autres femmes victimes de Baupin pourraient aussi témoigner à son encontre.