Le concert de Black M à Verdun ou chronique d’une polémique

Le concert du rappeur Black M pour les commémorations de la bataille de Verdun n’aura pas lieu. C’est la décision prise par la mairie de ville vendredi 13 mai, après plusieurs jours de polémique.

La mairie de Verdun a finalement tranché. Le chanteur Black M ne sera pas en concert le 29 mai, à l’occasion des commémorations officielles du centenaire de la bataille de Verdun pendant la Première guerre mondiale. La municipalité dit vouloir éviter des “risques forts de troubles à l’ordre public”. Cette décision est le résultat de plusieurs jours de polémique autour de la venue du chanteur.

Les raisons de la polémique

Les critiques sont venues principalement de l’extrême droite et d’une partie de la droite. Elles portent sur les paroles d’une chanson de 2010, Désolé, avec le groupe Sexion d’Assaut, dont il est aussi membre : “J’me sens coupable/Quand j’vois tout ce que vous a fait ce pays kouffar.” “Kouffar” est un terme péjoratif désignant les mécréants en arabe.

La mairie avait jusqu’alors soutenu Black M, un “enfant de la République”, très en vogue auprès de la jeunesse. Le rappeur a obtenu cette année le Kids’ Choice Awards de l’artiste musical français préféré des enfants. La ville a finalement changé d’avis vendredi au lendemain du refus de la Mission du Centenaire d’accorder une subvention au concert de 67 000 euros, sur un budget total de 150 000 euros.

Qui a choisi Black M ?

C’est un autre aspect de la polémique. Face aux critiques, le secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Jean-Marc Todeschini affirmait mercredi que “ce n’est ni l’État, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur pour une cérémonie en présence de François Hollande et de la chancelière allemande Angela Merkel.

Le maire PS de Verdun, Samuel Hazard, refuse de porter seul la responsabilité de ce choix. “Le nom a été proposé par l’Etat ! se défend l’édile. Cette proposition a été faite à la ville de Verdun. Ce n’est pas l’Elysée ou un ministre qui a lancé l’idée, mais ça vient de l’Etat.” Le choix du chanteur aurait été acté de manière collégiale. La mission du Centenaire, opérateur de l’Etat pour ces commémorations, assure pour sa part que “la décision de faire venir Black M a été prise par l’agglomération du Grand Verdun”.

« On va s’amuser »

Une interview de Black M au quotidien L’Est Républicain lundi avait aussi beaucoup fait parler. Le chanteur a déclaré : “Qu’ils aiment ou pas ma musique, on va s’amuser.” La déclaration a suscité des réactions sur les réseaux sociaux, estimant que la commémoration d’un événement qui a fait près de 300 000 morts n’est pas l’occasion pour “s’amuser”.

https://twitter.com/MarionRMM/status/730848840652296192

L’extrême droite a beaucoup communiqué autour de la polémique. Vendredi matin, Florian Philippot, numéro du Front national, a qualifié la venue de Black M à Verdun de « crachat contre un monument aux morts ». Pour l’heure, le chanteur n’a pas encore réagi.