Mariages forcés, déscolarisation : la situation des filles dans 6 pays

Mardi 11 octobre se déroulait la Journée internationale des filles. L'occasion d'attirer l'attention sur les violences, tel que le mariage forcé, qu'elles subissent encore dans le monde.

Il y a la journée des droits des femmes le 8 mars, et la journée internationale des filles. La deuxième, initiée par l’ONU, se déroule chaque 11 octobre depuis 2012.

Le but : sensibiliser les gens aux inégalités que subissent encore certaines filles du monde, tels que la déscolarisation ou le mariage forcé. Tour du monde, en 6 pays, de la situation des femmes avant leur majorité.

tourism-1084352_960_720

Les Etats-Unis : mariées à 12 ans

L’éducation : aux Etats-Unis, l’entrée à l’école élémentaire se fait à partir de 5 ans. 96% des jeunes filles étaient scolarisées dans le primaire entre 2008 et 2012. C’est un peu moins pour les garçons (95,4%).

Le mariage : dans la plupart des Etats, l’âge légal du mariage est 18 ans. Mais ce n’est pas le cas partout… Ainsi, l’été dernier, la Virginie a mis un terme à une loi qui autorisait, sous certaines conditions, que les filles se marient à moins de 16 ans. Les conditions étaient les suivantes : les parents devaient donner leur bénédiction, et la jeune fille devait être enceinte. Certaines se mariaient alors à l’âge de 12 ans.

 

chichicastenango-004-805x599

Le Guatemala : mauvais élève

L’éducation : le Guatemala est le pays d’Amérique du sud où l’accès à l’école est le plus difficile pour les filles. En ce qui concerne l’école primaire, en 2011, elles étaient un peu plus de 90%. Et 40% à atteindre le collège et le lycée. Ces difficultés d’accès à la scolarité s’expliquent pas le contexte économique du pays. Les jeunes filles sont très souvent sollicitées pour travailler à la maison, et aider leurs parents.

Le mariage : depuis fin 2015, le gouvernement guatémaltèque a repoussé l’âge légal du mariage à 18 ans pour les garçons et les filles. Avant, il était de 14 ans pour les filles, et 16 ans pour les garçons. Début 2016, 30% des filles étaient déjà mariées à l’âge de 18 ans.

 

40419-1463142_610852628975385_1527300467_n

La Syrie : trois fois plus de mariages forcés

L’éducation:  le pays est en guerre depuis 5 ans. Avant 2011, la Syrie était exemplaire sur la scolarisation des jeunes filles. Près de 99% d’entre elles avaient accès à l’école primaire. Dans le secondaire, elles étaient 67%. Mais depuis le début de la guerre, c’est très différent. Si 5 millions d’enfants sont en âge d’aller à l’école, seulement la moitié a cette chance. Les écoles sont détruites ou réquisitionnées par l’armée ou les rebelles.

Le mariage: le nombre de mariages forcés a triplé depuis le début de la guerre. C’est surtout le cas pour celles qui se réfugient en Jordanie. Les parents marient leur fille pour s’alléger d’un poids économique. Mais ce n’est pas la seul raison. Certains voient dans le mariage une manière de protéger leur enfant. Ainsi, ils s’assurent qu’elles resteront vierges jusqu’au mariage.

L’ONG Care a publié un rapport alarmant sur l’explosion du nombre de filles mariées avant leurs 18 ans, consultable — en anglais — ici.

 

timthumb

Le Niger : une situation alarmante

L’éducation: En 2013, 78% des filles âgées entre 7 et 16 ans n’étaient jamais allées à l’école. Le Niger est le deuxième État du monde où les jeunes filles sont les plus déscolarisées.

Le mariage: le Niger est en tête des pays d’Afrique de l’Ouest où se pratiquent le plus de mariages forcés et précoces, suivi du Mali et du Burkina Faso. 76% d’entre elles sont mariées avant leurs 18 ans. L’âge légal requis pour le mariage est de 15 ans pour les filles, mais beaucoup de parents enfreignent la loi.

 

vietnam-1555738_960_720

Vietnam : l’éducation, “priorité nationale”

L’éducation : les filles vont en moyenne moins à l’école que les garçons. Mais le gouvernement vietnamien essaie de faire son maximum pour améliorer l’accès à l’éducation, notamment pour les filles. En 2008, il a défini l’éducation comme “priorité nationale”. 20% du budget annuel lui est consacré. Résultat, le taux de scolarisation des jeunes enfants augmente et l’écart se résorbe entre filles et garçons.

Le mariage : au Vietnam, une fille ne peut pas se marier avant ses 18 ans. Mais il y a des familles qui enfreignent les lois, puisqu’entre les années 2008 et 2012, 9,3% des jeunes filles vietnamiennes étaient mariées à cet âge. Pour les garçons, le mariage ne doit pas se faire avant 20 ans.

 

girl-1380618_960_720

Inde : des traditions qui perdurent

L’éducation : les filles sont plus nombreuses que les garçons à intégrer les cycles pré-primaire et primaire. Il n’y a pas de réelle raison pour expliquer ce phénomène, mais les chercheurs avancent que les très jeunes garçons sont utilisés pour travailler à la maison, afin d’aider leurs parents. Pour le cycle secondaire, l’écart se réduit. Beaucoup de filles quittent les bancs de l’école pour être mariées, et s’occuper du foyer. Concernant le supérieur, les garçons sont plus nombreux que les filles. Ainsi, en 2011, elles étaient 20% à y accéder, contre 25% pour les garçons.

Le mariage : 47% des filles sont déjà mariées quand elles atteignent leurs 18 ans. Pourtant, une loi interdit le mariage des mineurs. Les parents invoquent plusieurs raisons. Certains disent ignorer la loi. D’autres assument vouloir faire perdurer la tradition liée au système de dot : la famille de la mariée doit payer celle du marié, généralement avec des cadeaux.