Montebourg à Florange : le bon air de la campagne

Arnaud Montebourg est à Florange aujourd'hui, jeudi 13 octobre, sur le site des Hauts-fourneaux d'Arcelor-Mittal. Mais cette visite de l'ex-ministre de l'économie sur les lieux du premiers "échec" du quinquennat de François Hollande, c'est celle d'un candidat en campagne.

Il a remis son casque de chantier. Arnaud Montebourg, est en déplacement sur le site industriel de Florange (Moselle), dans le cadre d’un périple de trois jours en Lorraine. Un coup médiatique loin d’être anodin pour celui qui est officiellement candidat à la primaire socialiste. Objectif de sa visite : retrouver les syndicats d’Arcelor-Mittal, quatre ans après la douloureuse fermeture des hauts-fourneaux. Une opération séduction aux allures de campagne.

Mais cette visite ne fait pas que des heureux. Le syndicat Force Ouvrière de Florange a d’ores et déjà annoncé son intention de ne pas rencontrer M. Montebourg. “Vous avez fait preuve d’engagement en 2012 pour le combat de Florange. Alors, comment comprendre que vous soyez resté au sein de ce gouvernement encore plus d’un an après cette trahison ?”, dénoncent les responsables FO dans un mail adressé à l’ex-ministre du Redressement productif. La CFDT, le syndicat majoritaire, a de son côté précisé qu’elle serait présente mais averti que si Montebourg “vient faire sa pub, on restera cinq minutes et puis c’est tout.”

Une visite très politique

En 2012, l’ex-ministre s’était battu pour empêcher la fermeture des deux derniers hauts-fourneaux du groupe en Lorraine. Mais François Hollande avait refusé de nationaliser le site, comme M. Montebourg le lui réclamait, préférant obtenir de la famille Mittal la promesse d’un reclassement des salariés et de nouveaux investissements. Se rendre à Florange est donc une occasion pour lui de se démarquer de l’actuel président de la République. 

capture-decran-2016-10-13-a-12-20-14
Arnaud Montebourg, invité de Dimanche en politique, sur France 3

Quatre jours après avoir déclaré qu’il regrettait d’avoir soutenu François Hollande en 2012 sur le plateau de l’émission de France 3, Dimanche en politique, M. Montebourg est allé encore plus loin dans ses déclarations sur les terres lorraines.

Taper sur le président. Une stratégie qui semble porter ses fruits pour M. Montebourg. Selon un sondage paru la semaine dernière dans Midi libre, il devancerait François Hollande au second tour de la primaire socialiste.

capture-decran-2016-10-13-a-12-17-51
Sondage BVA-Salesforce pour Midi Libre

Du côté de l’Elysée, on cherche à atténuer l’action de l’ex-ministre de l’économie : “On a dit qu’on irait à Florange en octobre, Montebourg y va une semaine avant nous : c’est de bonne guerre, mais cela ne nous gêne pas.”

Une chose est sûre, la visite à Florange n’est pas de tout repos pour les politiques. Lundi prochain, c’est au tour de M. Hollande de se rendre en Lorraine sur le site des hauts fourneaux ; la CGT a déjà annoncé qu’elle ne serait pas présente à la rencontre.