Attentat du 14 juillet : nouveaux financements pour la sécurité des collèges et le tourisme

Les collectivités de la Côte d'Azur mobilisent de nouveaux fonds pour sécuriser les lieux scolaires et aider les entreprises, après l'attentat du 14 juillet dernier à Nice, où 86 personnes avaient été tuées.

Le département des Alpes-Maritimes a annoncé ce mardi une enveloppe de 7 millions d’euros pour renforcer la sécurité et soutenir le tourisme après l’attentat du 14 juillet à Nice.

Le conseil départemental va consacrer 6 millions d’euros de cette enveloppe à la sécurisation des collèges. Le reste ira aux manifestations sportives et culturelles pour éviter les annulations. Plusieurs manifestations culturelles ou populaires avaient été annulées en France après l’attentat de Nice, comme la grande braderie de Lille, qui aurait dû se tenir le premier week-end de septembre.

Ces annonces s’ajoutent aux mesures déjà prises par la mairie et  la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) après l’attentat. La mairie de Nice avait débloqué 6,5 millions d’euros pour la sécurisation des écoles, et près de 7 millions d’euros pour sécuriser les places emblématiques Massena et Garibaldi, ainsi que la promenade des Anglais. Des câbles d’acier et des plots doivent être ajoutés pour empêcher les voitures d’accéder au trottoir.

Des aides fiscales pour les entreprises

Les services du département ont rappelé mardi qu’un fonds d’urgence de 603 000 euros avait déjà été débloqué juste après l’attentat pour aider les établissements proches de la Promenade des Anglais, où l’attentat a fait 86 morts. Ce fonds avait été suivi d’un fonds supplémentaire de deux millions d’euros pour compenser les pertes de chiffre d’affaires des commerces environnants, financé par le département et la chambre de commerce.

La mairie de Nice avait quant à elle annoncé une série d’exonérations fiscales, pour un montant total de 38.000 euros et un étalement de la fiscalité, afin de donner de l’air aux entreprises touchées par la baisse de fréquentation.

La région PACA avait de son côté créé un fonds régional de garantie (doté de 9,4 millions d’euros) et mis en place des prêts à taux zéro (jusqu’à 50 millions d’euros) pour faciliter l’emprunt des entreprises dans le besoin.

Sauver le tourisme

Encore faut-il faire revenir les touristes qui ont fui la ville. L’enjeu économique est important car la Côte d’Azur, qui accueille chaque année 11 millions de touristes, dont la moitié venant de l’étranger. Les collectivités avaient lancé juste après l’attentat une campagne de communication d’un million d’euro pour attirer les touristes.

Si le tourisme à Nice suit la même trajectoire qu’à Paris, où les hôtels avaient enregistré 50% de chiffre d’affaires en moins en moyenne un mois après les attentats du 13 novembre, les aides ne seront pas de trop.

Avec AFP