Jungle de Calais : une interprète a été violée

L'interprète d'un journaliste freelance a été violée, a priori par un migrant, aux abords de la "Jungle" de Calais, dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 octobre.

Une interprète a été violée dans la nuit de lundi à mardi alors qu’elle accompagnait un journaliste en reportage dans la « Jungle » de Calais, selon une source judiciaire.

Les deux coéquipiers ont été pris à parti par trois Afghans qui ont tenté de voler leur matériel, avant d’obliger l’interprète, sous la menace d’un couteau, à avoir un rapport sexuel avec l’un d’eux. Le journaliste freelance qui l’accompagnait était maintenu à distance avec un couteau par les deux autres individus.

L’agression a eu lieu entre 2h et 3h du matin.

Après avoir été relâchés, le journaliste et son interprète d’origine afghane se sont rendus au commissariat puis au CHR de Calais, où la victime a pu être prise en charge.

Une enquête a été ouverte et confiée à l’antenne locale de la PJ. Les trois agresseurs, a priori des migrants, sont toujours recherchés.

Le journaliste freelance et son interprète réalisaient un reportage sur les mineurs isolés de la « Jungle » de Calais pour France 5.

Sur les réseaux sociaux, l’agression est déjà reprise dans l’argumentaire des opposants à l’accueil et à la répartition des migrants en France.

AL avec AFP