L’OM version américaine pourra‐t‐il rivaliser avec le PSG ?

Depuis lundi, l’Américain Frank McCourt est le nouveau propriétaire de l’Olympique de Marseille. Pour 45 millions d’euros,  l’homme d’affaire s’est offert le club phocéen et il est ambitieux. Mais pour concurrencer le PSG, cela risque d’être insuffisant.

Deux cents millions d’euros sur les quatre prochaines années. C’est la somme que compte investir  dans son nouveau club le propriétaire américain, selon une interview accordée au journal l’Equipe. Une somme conséquente qui tranche avec le peu d’investissements réalisés ces dernières années et qui réjouit une partie des fans olympiens.

 

Les déclarations du nouveau propriétaire au journal la Provence ont d’ailleurs de quoi faire vibrer les bouillants supporters de l’OM  : “Nous voulons figurer dans le Top 3 de la Ligue 1 chaque saison. Et être champion le plus souvent possible. Notre but ultime, c’est la Ligue des champions.”

L’homme d’affaire américain, qui dispose d’une fortune personnelle d’environ 1,3 milliard d’euros selon le magazine Forbes, est clair sur ses intentions, mais gagner sur la scène européenne coûte cher. Très cher. Le PSG en sait d’ailleurs quelque chose, lui qui n’a pas encore dépassé le stade des quarts de finales de la Ligue des Champions depuis le début de l’ère qatarie.

Le nouveau propriétaire de l’OM, Frank McCourt, signe le contrat de rachat du club.

 

200 millions, une somme loin de la force de frappe parisienne

Avant de gagner sur la scène européenne, il faudra déjà regarder dans les yeux le PSG. Ce qui est loin d’être le cas depuis des années. Sur le plan sportif, Marseille n’a pas gagné contre le club de la capitale depuis… 2011. Didier Deschamps était encore entraîneur de l’OM. Et une victoire marseillaise dans le clasico dimanche soir au Parc des Princes serait une immense surprise.

Et sur le plan financier, même avec 200 millions d’euros d’investissements, le club marseillais sera encore bien loin de son rival parisien.

https://datawrapper.dwcdn.net/J6zTL/1/

A titre de comparaison, en arrivant au PSG, les Qataris avaient dépensé 107 millions d’euros en 2011, selon les Echos, avant d’investir de nouveau 150 millions en 2012. Des chiffres qui rendent prudents les amateurs de football. D’autant plus que le club phocéen part de loin : son stade ne fait plus le plein, et, sportivement, l’équipe est en difficulté.

 

Tout n’est cependant par perdu d’avance pour l’OM qui a quelques atouts à faire valoir : une immense ferveur populaire, un stade sublime aux dimensions européennes mais aussi une place unique dans l’histoire du football français avec neuf titres de champions de France et une victoire, la seule d’un club français, dans la plus belle des compétitions européennes en 1993.

De là à rêver d’une american sucess story, il y a encore du chemin. Et l’ogre parisien semble prêt à se mettre en travers des espoirs marseillais.

Banderole déployée par les supporters de l’Olympique de Marseille à l’occasion de la réception du PSG le 6 octobre 2013.

Clément Rouget — CFJ