Profs : trois nouvelles agressions physiques recensées ce mardi

Après une semaine de violence contre des enseignants en Seine-Saint-Denis, trois nouveaux cas d’agressions physiques survenues en France ont été dévoilés ce mardi. 

Interrogé au micro de RTL mardi matin, la ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s’est indignée d’une montée des violences commises cette semaine en Seine-Saint-Denis contre des enseignants. Quelques heures plus tard on apprenait trois nouveaux cas d’agressions violentes de professeurs en France.

« Sa mâchoire a été cassée, il a perdu des dents »

Dernier en date, ce mardi, un élève d’un lycée professionnel à Calais a cassé la mâchoire de son enseignant. Le professeur d’électrotechnique du lycée Coubertin avait demandé une ultime fois à deux élèves de se mettre au travail. Mécontents, ces derniers l’ont coincé dans un angle avec des armoires. Alors que le professeur tentait de se dégager, l’un des élèves l’a frappé violemment, lui cassant plusieurs dents, ainsi que sa mâchoire. Immédiatement emmené à l’hôpital, le professeur y a été opéré.

Lundi, à Argenteuil (Val-d’Oise) cette fois, un instituteur a été roué de coups devant ses élèves alors qu’il ramenait sa classe de CE2 d’un cours de sport. Vers 11H30, « l’enseignant était en train de sermonner une élève indisciplinée quand une voiture s’est arrêtée à la hauteur du groupe. Ses deux occupants s’en sont pris à l’instituteur qui aurait répondu « je suis en train de la gronder, je suis son maître » », a expliqué une source policière à l’AFP. L’un des deux agresseurs aurait répliqué: « le seul maître c’est Allah ». Les deux hommes l’ont ensuite fait chuter à terre avant de lui asséner des coups de poing au visage. L’instituteur, qui aurait également été traité de « raciste », s’est vu prescrire cinq jours d’incapacité temporaire de travail (ITT).

Lycée international Victor-Hugo à Colomiers, près de Toulouse

Ce lundi déjà, près de Toulouse (Haute-Garonne), une professeur de sport avait été frappée au visage par un élève de terminale qui tentait de sortir par une porte non autorisée du lycée international de Colomiers. La professeur d’éducation physique et sportive a reçu un jour d’arrêt de travail lundi, a déclaré à l’AFP le proviseur, Didier Devilard. Selon lui, ce type d’incident «  n’était jamais arrivé de mémoire de professeur, cela signifie que l’émotion est forte. »

Ces trois nouvelles agressions font suite à une semaine de violences survenues aux abords d’un lycée de Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis. La proviseure de ce lycée avait été frappée à la grille de son établissement, sur lequel plusieurs cocktails Molotov avaient été lancés par des jeunes qui s’en prenaient également aux forces de l’ordre.