Scandale de la viande de cheval : le négociant néerlandais mis en cause nie avoir trompé Spanghero

Le négociant néerlandais mis en cause dans le scandale de la viande de cheval réfute toute tromperie vis-à-vis de l’entreprise Spanghero.

Il est l’un de ceux vers qui les soupçons s’étaient rapidement tournés lorsque l’affaire a éclaté. Mais selon son avocat, le négociant néerlandais Jan Fasen dément avoir dupé ses clients dans le scandale de la viande de cheval vendue pour du bœuf en 2012 et 2013.

Dans cette affaire, le parquet de Paris demande le renvoi en correctionnelle de deux anciens dirigeants de l’entreprise Spanghero et de deux négociants néerlandais, dont Jan Fasen, notamment pour escroquerie en bande organisée.

Mais c’est la parole des anciens dirigeants contre celles des négociants et ils ne cessent de se renvoyer la responsabilité du scandale. Selon l’avocat de l’ancien patron de Spanghero, Jacques Poujol, ce dernier aurait été « victime d’un importateur de viande malhonnête », en l’occurence Jan Frasen, qui lui aurait vendu du bœuf pour du cheval.

L’avocat de Jan Frasen, fournisseur de Spanghero, dément : « mon client a toujours dit qu’il a vendu de la viande de cheval, au prix correspondant, parce qu’on lui a commandé de la viande de cheval. » Il ajoute que son client n’aurait eu aucun intérêt à vendre du cheval au prix du cheval si il avait voulu tromper Spanghero.

L’enquête a montré que l’entreprise Spanghero a livré plus de 500 tonnes de viande de cheval étiquetée viande de bœuf à l’usine de transformation Tavola. Plusieurs marques de surgelés ont ensuite été touchées par le scandale comme Findus et Picard.

Selon les chiffres de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), l’affaire a révélé un contexte plus global de fraude portant sur 750 tonnes de viande écoulées dans 13 pays européens.

 

avec AFP.