Hollande a bel et bien vexé le monde du ballon rond

Après celles du syndicat des joueurs de foot professionnels, des entraîneurs, des anciens internationaux, ce sont à présent les voix des stars françaises du Real de Madrid qui se sont faites entendre cette semaine, dont celle de l'entraîneur du club, Zinédine Zidane.

Le Ballon d’Or 98 n’est pas spécialement du genre à parler à tort et à travers. Zidane est même plutôt taiseux pour quelqu’un de sa stature. Et rares sont ses interventions politiques dans la presse. Pourtant lundi soir, dans les traditionnelles interviews à la veille des joutes européennes, l’ancien numéro dix des Bleus n’a pas hésité à évoquer sa gêne : “Ces mots ne me plaisent pas. Oui, ces paroles me dérangent. Il faudrait toutefois savoir ce que le président a dit exactement. Mais tous les propos utilisés en général par les politiques sur les footballeurs ou sur un joueur en particulier me gênent. Je ne partage pas ces opinions.”

Dans un livre des journalistes du Monde, Un président ne devrait pas dire ça… de Gérard Davet et Fabrice Lhomme paru la semaine dernière, François Hollande tient en effet des propos sévères sur les footballeurs : “On voit bien que sur l’expression, il y a une perte de niveau. Ils sont passés de gosses mal éduqués à vedettes richissimes, sans préparation. Ils ne sont pas préparés psychologiquement à savoir ce qu’est le bien, le mal.” Il leur conseille même une “musculation de cerveau.”

L'ancienne star des Bleus n'a pas hésité à faire part de sa gêne publiquement.
L’ancienne star des Bleus n’a pas hésité à faire part de sa gêne publiquement.

Raphaël Varane, international français et défenseur de l’équipe madrilène n’a pas non plus esquivé le sujet en conférence de presse lundi. En revanche, il n’a pas souhaité dévoiler le fond de sa pensée publiquement : “Je crois que je ne vais pas répondre à ce qu’il a dit dans la presse. Si je le vois, je lui dirais ce que je pense.”

Le buteur du Real de Madrid, et toujours en attente d’un rappel en équipe de France, Karim Benzema a également répondu au président de la République estimant avoir été “bien élevé par (ses) parents”. Souvent critiqué par les hommes politiques pour son attitude, l’attaquant français n’a pas voulu lancer de polémiques, mardi soir, en zone mixte après le match de ligue des Champions : “Que voulez‐vous que je vous dise, si je ne suis pas un exemple, il y a peut‐être d’autres gens qui le sont. Moi je suis là pour jouer au foot et essayer de donner du plaisir aux gens.”

Les deux joueurs du Real de Madrid ont réagi au président.
Les deux joueurs du Real de Madrid ont réagi aux propos du président.

 

Des réactions qui n’en finissent pas

Ces répliques madrilènes viennent rejoindre une longue liste de réponses adressées au président par le monde du football français. Il y a notamment eu celles du syndicat des footballeurs professionnels (UNFP), de l’entraîneur toulousain Pascal Dupraz ou encore du joueur de Montpellier Jonas Martin qui a repris à son compte l’anaphore présidentielle.

« Moi footballeur professionnel français, je n’ai jamais trahi mon public en reniant mes engagements envers mon club » Jonas Martin

La charge la plus puissante venant sans doute de l’ancien international français et champion du monde 98, Emmanuel Petit.

“Nous, tout ce qu’on a, il a fallu qu’on aille le chercher. On n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche, malheureusement. C’est ce qui nous différencie la plupart du temps avec vous les politiciens, qui êtes tellement éloignés des priorités des Français et de ce qu’ils peuvent vivre au quotidien. Nous nous levons tous les matins avec beaucoup de responsabilités sur les épaules. On est souvent critiqué, souvent à juste titre. Mais au moins, nous ne trahissons personne. Et nous, au moins, nous créons des richesses.” Emmanuel Petit

Conséquence, selon une information de la radio RTL parue ce mercredi, François Hollande a demandé à rencontrer le président de la fédération française de football, Noël Le Graët, pour tenter d’éteindre l’incendie.