Alep : Hollande et l’UE durcissent le ton contre la Russie

En cas de non respect de la trêve humanitaire à Alep, l’Union européenne pourrait sanctionner la Russie

Toutes les options sont ouvertes dès lors qu’il n’y aurait pas de trêve qui serait respectée et dès lors qu’il y aurait cette volonté d’écraser une ville, Alep, une ville martyre”. François Hollande a adressé un véritable avertissement à la Russie ce jeudi à son arrivée au sommet européen de Bruxelles.

fh-sytie
François Hollande parle aux journalistes à son arrivée au sommet européen

Plus tôt dans la journée, la Première ministre britannique, Theresa May avait appelé à une réponse « forte et unie » de l’UE face à la Russie en Syrie. Elle a déclaré aux journalistes :

“Il est vital de travailler ensemble afin de continuer à mettre la pression sur la Russie pour qu’elle stoppe ses épouvantables atrocités, ses écœurantes atrocités, en Syrie.”

La Première ministre britannique Theresa May
La Première ministre britannique Theresa May

Toujours à Bruxelles, le président du Conseil européen Donald Tusk a affirmé jeudi, que l’Union européenne devait garder “ouverte” la possibilité de sanctionner la Russie pour ses actions en Syrie si les bombardements de civils se poursuivent.

La rencontre de Angela Merkel, François Hollande et Vladimir Poutine en février 2015 sur l'avenir de l'Ukraine
La rencontre de Angela Merkel, François Hollande et Vladimir Poutine en février 2015 sur l’avenir de l’Ukraine

Mercredi soir à Berlin, les dirigeants français, allemand et russe se sont rencontrés. Au sujet de leur discussion, le président François Hollande a affirmé ce jeudi : “Hier soir, toute la nuit, avec la chancelière Angela Merkel, nous avons fait pression sur Vladimir Poutine pour qu’il fasse son devoir, c’est-à-dire faire la trêve, cesser les bombardements, plutôt que de continuer à agir en soutien au régime syrien

Les dirigeants des 28 pays de l’Union Européenne évoqueront ce jeudi soir, le rôle de la Russie dans le siège d’Alep. Un projet d’accord y sera discuté. L’AFP qui a pu le consulter, révèle que l’UE envisage, elle aussi, « toutes les options, y compris des sanctions supplémentaires » ciblant « les soutiens du régime » sans exclure la Russie.

En Syrie, le régime syrien et son allié russe ont suspendu depuis deux jours leurs raids aériens visant les quartiers Est d’Alep, où vivent quelque 250.000 personnes.

La Russie a accepté de prolonger jusqu’à samedi soir la trêve à Alep, comme l’avait promis auparavant l’armée syrienne.

 

CM, avec AFP