Philippines : Rodrigo Duterte se “sépare” des Etats-Unis et se rapproche de la Chine

Le nouveau président philippin Rodrigo Duterte a décidé d’annoncer sa « séparation avec les Etats-Unis », annonçant un spectaculaire revirement diplomatique vers la Chine, qui, s'il était avéré, mettrait fin à 70 ans de collaboration avec le pays.  

Spectaculaire changement géopolitique aux Philippines. Son président Rodrigo Duterte, actuellement à Pékin pour une visite d’Etat de quatre jours  a en effet annoncé sa « séparation » avec les Etats-Unis, tout en affirmant un rapprochement avec la Chine. C’est après un sommet avec le président chinois Xi Jinping que le philippin a officiellement annoncé sa « séparation » d’avec les Etats-Unis, sous les applaudissements nourris du public présent.

Cette visite annonce un net réchauffement des relations entre les Philippines et la Chine, pourtant dégradées ces dernières années par un profond désaccord autour de la souveraineté d’îles en mer de Chine méridionale, un dossier qui ne sera pas discuté dans l’immédiat selon les protagonistes.

La position de Rodrigo Duterte tranche radicalement avec celle de son prédécesseur Benigno Aquino, qui avait obtenu en juillet d’une cour internationale d’arbitrage la dénonciation des prétentions chinoises en mer de Chine méridionale, où plusieurs riverains (Vietnam, Brunei, Malaisie, Taïwan) se disputent âprement le contrôle d’îles et d’îlots.

Le nouveau président philippin, arrivé au pouvoir peu avant la sentence, n’a montré aucune intention d’y donner suite. Un soulagement pour Pékin, soumis à une intense pression internationale depuis juillet, qui semble vouloir entretenir cette entente naissante entre les deux pays.

Améliorer et développer les relations entre les Philippines et la Chine

Xi Jinping a a déclaré que la Chine serait prête à “participer activement à la construction d’infrastructures dans les secteurs des chemins de fer, du transport urbain sur rail, des autoroutes et des ports” aux Philippines selon le ministère. Le pays va également “pousser les entreprises chinoises à investir davantage” et “encourager les Chinois à voyager aux Philippines”.

De son coté, Rodrigo Duterte a qualifié sa discussion avec Xi Jinping « d’historique », qui va « améliorer et développer les relations entre nos deux pays ». Le président philippin est sous le feu des critiques venant des Etats-Unis, de l’Union européenne et l’ONU pour sa campagne anti criminalité qui a fait plus de 2700 morts selon un décompte officiel. Le président philippin pourra compter sur l’appui de la Chine, le ministère des affaire étrangères chinois ayant déclaré que Pékin soutenait « le nouveau gouvernement philippin dans sa lutte pour l’interdiction de la drogue, contre le terrorisme et la criminalité et (était) disposé à mener une coopération à ce sujet” avec Manille.

Les Etats-Unis ont pour leur part déclaré n’avoir reçu aucune demande de la part de Manille visant à modifier leur coopération. “Nous n’avons toujours pas reçu de demande par les canaux officiels visant à modifier notre assistance envers, ou notre coopération avec, les Philippines”, a ajouté cette même source.