Les locaux de France Télévisions à Paris.

France Télévisions épinglée par la Cour des Comptes

Un rapport publié lundi pointe “une gestion insuffisamment rigoureuse” du groupe public et émet des recommandations à sa présidente Delphine Ernotte.

Fusionner France Bleu et France 3, supprimer les antennes régionales de France 2 : la Cour des Comptes émet de nombreuses recommandations à France Télévisions dans un rapport publié lundi 24 octobre. Les magistrats reprochent à France Télévisions sa gestion et son manque de réforme.

Le rapport, consultable en ligne et intitulé “Mieux gérer l’entreprise, accélérer les réformes”, porte sur la période 2009–2015, marquée notamment par le mandat de Rémy Pflimlin, ancien directeur de France Télévisions (2010–2015).

L’”entreprise unique”, un échec

Delphine Ernotte, l’actuelle présidente de France Télévisions, a déjà annoncé une réduction d’effectifs d’ici 2020 il y a quelques mois. 500 emplois sont concernés dans le cadre d’un plan d’économies prévoyant le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux.

Pour la Cour des Comptes, le processus d’”entreprise unique” est un échec. Souhaité par Patrick de Cariolis et mené par Rémy Pflimlin, ce rapprochement entre les différentes sociétés du groupe devait entraîner une réduction globale des coûts pour le groupe. “La création de l’entreprise unique n’a pas conduit France Télévisions à tirer pleinement profit des synergies attendues de la fusion”, notent les magistrats.

Le rapprochement des rédaction nationales pose également problème. “Si des avancées ont été réalisées sur le plan technique, la mise en commun des ressources et l’organisation rationalisée qui doit en résulter n’ont toujours pas été menées à bien”, souligne la Cour. France Télévisions “n’a pas été en mesure de réduire significativement ses effectifs permanents et le recours à l’emploi non permanent n’est pas assez maîtrisé”, poursuit la Cour des Comptes.

Un rapprochement entre France 3 et France Bleu préconisé

Conséquence : la réduction des charges n’a pas eu lieu alors que “la maîtrise des dépenses est impérative”. France Télévisions, dont les ressources sont essentiellement publiques depuis la suppression de la publicité après 20 heures en 2009, est dans une “impasse financière” selon la Cour des Comptes. La trésorerie de France Télé se dégrade sérieusement et devrait être négative de 34 millions d’euros à la fin de l’exercice en cours.

La “seule issue” à cette situation tendue est “une réduction significative des charges” avec “des actions nettement plus vigoureuses que celles entreprises jusqu’à présent”, estime la Cour des Comptes. Les magistrats ciblent ainsi le réseau régional de France 3, jugé “trop coûteux”. “Un rapprochement entre le réseau France Bleu de Radio France et le réseau de France 3 pourrait s’opérer sur le modèle des Outre-Mer 1ère (…) qui associe radio, télévision et numérique, sous l’égide d’une stratégie claire et partagée”, recommandent les Sages de la rue Cambon. La Cour des Comptes préconise également la “suppression des bureaux régionaux de France 2”.

Selon la Cour des Comptes, le groupe public doit finalement “améliorer la performance et la rigueur de sa gestion, maîtriser ses charges et accélérer ses réformes, et notamment assurer l’intégration du numérique dans l’ensemble de l’entreprise”. Un programme ambitieux déjà entamé par Delphine Ernotte grâce à un plan d’économies lancé il y a quelques mois. Un premier pas vers la réduction du déficit indispensable à la viabilité du groupe public.