Calais : les médias s’inquiètent du sort des réfugiés

Depuis lundi 24 octobre, le démantèlement de la « jungle » de Calais a commencé. Plusieurs milliers de réfugiés ont été évacués puis redirigés vers des hangars, en attendant leur placement dans des centres d’accueil. Les médias se sont largement mobilisés sur les réseaux sociaux pour leur venir en aide.

Pour le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, le démantèlement de la “jungle de Calais” s’est bien passé.

capture-decran-2016-10-25-a-13-35-00

Observées par plus de 500 journalistes, les premières étapes du démantèlement de la “jungle”, lundi 24 octobre, ont laissé une impression assez différente aux médias.

Déjà, la veille, l’opération de démantèlement suscitait interrogations et mises en garde chez le voisin britannique. Le quotidien de centre-droit The Times évoquait le risque d’une « explosion de violence » à Calais et craignait que l’évacuation ne se déroule pas dans le calme.

unestimesmetrotelegraph

« Calais était en proie à des violences dimanche soir, alors que des affrontements ont eu lieu entre la police et les migrants, et que les forces de l’ordre ont dû utiliser des gaz lacrymogènes. »

Le quotidien de gauche The Guardian a consacré lundi un suivi en direct à l’évacuation de la jungle. Dans ce “live”, les journalistes assistaient à l’embarquement d’enfants dans le camp, dans un contexte où le sort des mineurs reste incertain.

capture-decran-2016-10-25-a-14-33-47

La presse française s’interroge d’ailleurs sur le cas des mineurs étrangers isolés (MIE). Alors que Bernard Cazeneuve a signé une tribune dans le Guardian le 17 octobre dernier, dans laquelle il appelle le gouvernement britannique à prendre en charge les mineurs isolés étrangers (MIE) pour “remplir son devoir moral”, Libération rapporte que, selon a ministre de l’Intérieur britannique Amber Rudd, “la France a tardé à donner son accord pour que la Grande-Bretagne accueille des enfants”.

Voir aussi : A Calais, mobilisation pour la prise en charge des mineurs isolés