Avec Auxerre, les investisseurs chinois confirment leur appétit pour le foot français

Quatre clubs français ont vu leur capital racheté en partie ou à 100 % par des entreprises chinoises.

Le marasme sportif d’un club de football français n’effraie pas tous les investisseurs. Le jeudi 13 octobre 2016 marque le passage de l’AJ Auxerre sous pavillon chinois. Et plus exactement sous le contrôle d’un spécialiste chinois de l’emballage.

La société ORG Packaging a racheté 60 % du capital du club bourguignon contre un chèque de 7 millions d’euros. La situation sportive de l’AJ Auxerre, qui pointe à l’avant-dernier rang du classement de Ligue 2, n’a pas effrayé James Zhou, le patron d’ORG Packaging.

la-chine-du-football-francais-cfj-newsroom

La raison est financière. Le président de la République POPULAIRE de Chine, Xi Jinping, a accordé une exonération fiscale à toutes les personnes morales et physiques qui investissent dans le développement d’un club de football chinois ou à l’étranger. Une aubaine pour des dizaines d’hommes d’affaires qui souhaitent mettre leur fortune à l’abri, quitte à miser sur des écuries en perte de vitesse.

La holding Recon, tenue par Tony Xia, n’a pas hésité à dépenser 77 millions d’euros, le 15 juin 2016, pour racheter le club anglais d’Aston Villa qui sortait d’une saison catastrophique en Premier League, synonyme de relégation à l’échelon inférieur. La déliquescence sportive de l’équipe londonienne s’est confirmée à l’entame de la saison de Championship avec une 16e place après quatorze journées jouées.

Nice au sommet, Sochaux à la dérive 

Côté français, l’investissement made in China ne déclenche pas obligatoirement des Ola. Le sourire est au beau fixe à Nice avec une place de leader du championnat de France de Ligue 1 et une invincibilité préservée depuis le début de la saison. Le rachat de 80 % du capital du club azuréen pour 20 millions d’euros, par un quatuor d’investisseurs sino-américains, s’est opéré en juin 2016.

Le rachat de l’intégralité du capital du FC Sochaux par Ledus au printemps 2015 — pour 7 millions d’euros, devait permettre à l’équipe franc-comtoise de retrouver l’élite en août 2016. Après le départ du partenaire historique, le constructeur automobile Peugeot, une succession de mauvaises performances, sportives et économiques, a plombé la saison 2015–2016 du club.

Côté sportif, le FC Sochaux végète toute la saison à la queue du classement de Ligue 2 pour un maintien acquis in-extremis. Fin juillet 2016, TechPro, la maison mère de Ledus — spécialiste des leds — se retrouve au bord de la faillite. Ce début d’exercice annonce des lendemains qui chantent avec une installation à la 6e place, à trois points du leader de Ligue 2. Le FC Sochaux pourrait retrouver l’élite avec l’appui d’un actionnaire venu du pays du soleil levant.