Anthony Weiner, une nouvelle épine dans le pied d’Hillary Clinton

Anthony David Weiner est l'ultime obstacle dans la campagne démocrate. L’homme par qui est arrivé le dernier épisode du scandale des e-mails de Hillary Clinton. De photos osées sur Internet à l'affaire des e-mails privés de la candidate, retour sur le parcours d'une épine dans le pied de Madame Clinton. 

Le directeur du FBI, James Comey, a publié une lettre ouverte ce vendredi 28 octobre 2016; soit deux semaines avant l’élection présidentielle américaine. Il y révèle une enquête sur des conversations que M. Weiner aurait entretenu avec une mineure de 15 ans. Dans le cadre de cette enquête secrète, le bureau d’investigation a découvert des centaines d’e‑mails. Ils pourraient largement mettre à mal la campagne de la candidate démocrate à la Maison Blanche, Hillary Clinton. 

Lettre de James Comey, directeur du FBI (28 oct. 2016) (New-York Times)
Lettre de James Comey, directeur du FBI (28 oct. 2016) (New-York Times)

La publication de cette lettre a vu renaître une inquiétude certaine dans le camp démocrate. L’affaire des e‑mails avait déjà empoisonné de nombreux mois de la campagne de l’ex première dame. En utilisant un compte de messagerie privée, elle a fait preuve d’une “grande négligence”: c’est ce qu’a reconnu le FBI cet été, sans pour autant avoir matière à la poursuivre.

La candidate démocrate s’est dite confiante sur les conclusions qu’atteindrait cette nouvelle enquête du FBI. En juillet dernier, elle n’avait pas été inculpée, elle n’entend pas l’être non plus cette fois-ci. La candidate a, en conférence de presse,  cependant soulignéar que la publication de la lettre de M. Comey était un acte “sans précédent” et “profondément perturbant”. A quinze jours du scrutin présidentiel, c’est un message politique fort, envoyé par le FBI, dirigé par un républicain notoire.

Quel rapport entre Mme Clinton et M. Weiner? 

Ce lundi 31 octobre 2016, le FBI a reçu le mandat nécessaire à l’examen des mails retrouvés récemment. Si l’enquête de départ concernait seulement Anthony D. Weiner, le bureau d’investigation a désormais l’autorisation d’étudier les e‑mails échangés entre Hillary Clinton et Huma Abedin. Cette dernière, le dénominateur commun de cette affaire, aurait reçu de nombreux mails incriminant la candidate à la Maison Blanche. De nombreux dossiers secrets voire dangereux pour la sécurité nationale y ont été discutés.

Huma Abedin et Hillary Clinton lors d'un meeting présidentiel en 2008 (Crédits: Charles Dharapak/ A.P Images)
Huma Abedin et Hillary Clinton lors d’un meeting présidentiel en 2008 (Crédits: Charles Dharapak/ A.P Images)

M. Weiner n’occupe aujourd’hui plus de poste à responsabilité ni ne prévoit un quelconque retour en politique. Son ex-femme, au contraire, est en pleine ascension professionnelle. Huma Abedin est la plume d’Hillary Clinton, sa secrétaire. Son bras droit, en somme.

Dans le camp républicain, la relance de l’affaire des e‑mails est une aubaine. Une énième opportunité pour souligner la malhonnêteté de l’ex première dame. En déplacement à Albuquerque (Nouveau-Mexique), le candidat républicain a déclaré : “Hillary Clinton n’est pas la victime. Vous, le peuple américain, êtes les victimes de ce système corrompu”. Il s’engage à un “grand ménage” à Washington dès son accession à la Maison Blanche. L’échec ne semble désormais plus être une option pour Donald Trump, qui n’a qu’un mot pour Anthony Weiner: “Thank you”.

 


Anthony Weiner: Retour sur une série scandales sexuels

La carrière politique de M. Weiner s’engageait sereinement. De 1999 à 2011, il occupe le siège de représentant de l’Etat de New-York. Mais en 2011, les problèmes commencent pour le démocrate. S’ensuivent alors de nombreux scandales sexuels.

Au printemps 2011, il poste par erreur une photo de son entrejambe sur Twitter. Elle était destinée à une de ses conquêtes, mais il l’a postée publiquement. Il a beau se justifier, prétendre que son compte a été piraté, le mal est fait dans l’opinion publique. Après trois semaines de mensonges et maladresses, le 6 juillet 2011, l’homme démissionne de la Chambre des représentants et admet de multiples relations extra-conjugales.

Une du New York Post du 29 août 2011 (droits réservés)
Une du New York Post du 29 août 2011 (droits réservés)

En 2011, il décide donc de quitter la politique, et de se mettre au vert. Mais voilà, deux ans plus tard, le virus de l’élection le démange à nouveau. Le 21 mai 2013, il l’annonce officiellement: il sera candidat à la mairie de New-York. Mais là encore, sa campagne sera semée de scandales sexuels qui le feront chuter dans l’opinion new-yorkaise.

Cet été, un énième scandale a raison de son couple. En août, alors que de nouvelles photos compromettantes sont relayées, sa compagne Huma Abedin demande le divorce. Deux mois plus tard ou presque, le FBI, dans sa lettre ouverte révèle une enquête sur une relation qu’entretiendrait M. Weiner avec une adolescente de quinze ans.