De nouveaux emails font vaciller Hillary Clinton

hillary

Alors que l’élection présidentielle américaine touche à sa fin, Hillary Clinton doit faire face à de nouvelles accusations fondées sur des messages électroniques. Le site Wikileaks a révélé dans la nuit de lundi à mardi que la candidate démocrate a été mise au courant de certaines questions avant des débats l’opposant à Bernie Sanders pendant les primaires.

C’est un des feuilletons les plus suivis de l’élection présidentielle américaine qui vient de connaître un nouvel épisode. Hillary Clinton aurait été informée par avance de certaines questions qui lui ont été posées lors d’un débat l’opposant à Bernie Sanders dans la ville de Flint. Wikileaks, le site dirigé par Julian Assange, a publié des emails compromettants émis le 5 mars, c’est-à-dire à la veille du débat. Les messages ont été envoyés par Donna Brazile, actuelle présidente par intérim du Parti Démocrate et ancienne consultante démocrate pour la chaine CNN à l ‘équipe de campagne d’Hillary Clinton.

Un des emails est particulièrement évocateur. Alors que la ville de Flint compte de nombreuses victimes d’intoxication au plomb, Donna Brazile prévient John Podesta, directeur de la campagne de l’ancienne First Lady : « une des questions (…) proviendra d’une femme avec une éruption cutanée. Sa famille a été empoisonnée au plomb et elle demandera ce qu’Hillary pourrait faire pour les gens de Flint si elle devient présidente ». Le 12 mars, veille d’un débat démocrate, la consultante de CNN a récidivé. Dans un mail envoyé à Jennifer Palmieri, directrice de la communication de la campagne, Donna Brazile a promis d’en « envoyer quelques-unes supplémentaires », faisant référence à plus de questions. La présidente du Parti Démocrate a démissionné hier de son poste chez CNN et a publié un tweet pour remercier la chaine.

Ces révélations viennent confirmer les propos tenus par Donald Trump depuis plusieurs semaines. Le candidat républicain accusait déjà Hillary Clinton d’avoir reçu les questions à l’avance, lui donnant un avantage sur Bernie Sanders lors de la primaire démocrate.

Ce n’est pas la première fois que des emails portent préjudice à l’ancienne secrétaire d’Etat. L’utilisation par la candidate de son adresse personnelle à des fins professionnelles avait nécessité une enquête, rouverte il y quatre jours à la demande du FBI. Pas plus tard qu’hier, c’est la plus proche conseillère d’Hillary Clinton, Huma Abedin, qui s’est retirée de la campagne suite à la découverte sur l’ordinateur de son ex-conjoint d’e‑mails provenant de l’adresse de la candidate démocrate.

Reste à savoir si ces différents messages électroniques lui coûteront la Maison Blanche.

Selim Chtayti