[LIVE] Masters 1000 de Paris-Bercy : un mercredi plein de promesses !

Après une entame de tournoi laborieuse, les terrains devraient commencer à chauffer ! Sur les dix premières têtes de séries, huit vont défiler sur les trois cours de l’AccorHotel Arena, à Paris, pour le deuxième tours. La compétition, entamée lundi, se tient jusqu’à dimanche prochain.

Restez avec nous pour découvrir le programme et suivre en direct les grandes confrontations qui s’annoncent !

[EN COURS] Gilles MULLER (LUX) — Novak DJOKOVIC (SRB)

Nouveau second tour de ce mercredi, il opposera cette fois le Luxembourgeois Gilles Muller et son mètre quatre-vingt-treize au Serbe, numéro un mondial, Novak Djokovic. Ce dernier joue son premier match du tournoi aujourd’hui, qualifié d’office pour ce tour, tandis que le 34ème mondial, originaire de Schifflange, a fait tomber l’Espagnol Almagro, sur un score de 6/3–6/3.

L’arbitre Argentin Daniel Steinr annonce que le Serbe a remporté le toss, et a décidé de servir en premier. Pendant ce temps, le supporter du précédent arbitre a retourné sa veste, et scande désormais “DANIEL ! MESSI ! MARADONA !”.

[0:01] 0/0, 40–15 Les deux joueurs entament tranquillement leur confrontation, tout comme le public. Le Serbe se montre toutefois plus rapidement incisif, montant au filet et inscrivant son premier ace du match.

[0:02] 0/1, 0/15 Comme à son habitude, le public parisien semble rapidement prendre parti pour Djokovic, dont le nom commence déjà à résonner entre les points.

[0:06] 0/1, avantage Muller. Rapidement le Serbe a commencé à montrer les crocs, mais Gilles Muller ne s’est pas fait prendre de court. Il lâche ses coups et met en difficulté “nolé”.

[0:08] 1/1, 40–0 Le numéro un mondial déroule, malgré des services peu convaincants pour le moment.

[0:10] 1/2, 40–0 La défense de Djokovic est solide, mais le Luxembourgeois se montre d’autant plus entreprenant : ça paie !

[0:13] 2/2 Muller inflige un premier jeu blanc à Djokovic ! C’est toujours bon pour le moral. La dernière rencontre des deux hommes remonte à trois mois, c’était au troisième tour de l’Open du Canada. Gilles Muller s’était incliné, non sans accrocher le “roi”, sur un score de 7/5–7/6.

[0:16] 2/3 Mais Djoko n’est pas Djoko pour rien, et il répond au jeu blanc de son adversaire par un autre jeu blanc.

[0:18] 2/3, 15–30 Le Luxembourgeois propose de bons services qui lui permettent d’imprimer un rythme par la suite, mais la Djokovic parvient souvent à le pousser à la faute.

[0:19] 2/3, 30–40 Après un ace, Muller perd un point en faisant aboutir un long échange du fond de cours dans le filet.

[0:20] 2/4 Novak ne force pas son jeu, et parvient à breaker son adversaire.

[0:22] 2/5 La machine Djokovic est lancée, et Muller essuie un second jeu blanc !

[0:26] 2/5, 30–40 Une balle de break pour le Serbe, encouragée par une petite partie du public (l’autre partie restant discrète pour le moment).

[0:29] 3/5 Muller refuse de concéder le set au Serbe, et remporte son jeu de service au forceps ! Ses premiers services sont à chaque fois des aides précieuses pour mener à bien ses points.

[0:32] 3/5, 40–15 Muller ne peut se permettre aucune mollesse, Djokovic faisant feu de tout bois pour le mettre en difficulté !

[0:33] 3/6 Djokovic presse son adversaire, l’oblige à la faute ou à des balles slicés dont il ne fait qu’une bouchée. Premier set remporté par le Serbe !

[0:36] 1/0 Muller remporte cette fois son jeu de service sans difficulté. La seule difficulté, elle est dans les tribunes : les gens s’endorment (littéralement)

[0:38] 1/0 40–15 Mais Novak semble nous avoir entendu, et il déroule un jeu qui va en réveiller plus d’un ! Il ne laisse aucune chance à Muller, avec une défense plus que solide qui lui permet de rebondir sur de grosses attaques, il reste très mobile.

[0:41] 1/1 Le Serbe remporte logiquement son premier jeu de service de ce set.

[0:44] 1/1, 30–15 Muller continue de compter sur son premier service qui met en difficulté Nolé

[0:46] 1/2 Malgré un manque de réussite sur ses premières balles, pourtant si importantes, Muller s’en sort à bon compte, grâce aux très rares fautes non provoquées de Djokovic

[0:52] 1/2, 40A Djokovic offre une balle de break à son adversaire, qu’il efface aussitôt, le filet aidant.

[0:53] 1/2, 40A Le Serbe laisse filer une balle de jeu en réalisant une fâcheuse double faute

[0:55] 2/2 Mais il se rattrape avec un ace puis un second service gagnant. Un petit manque de régularité sur ce jeu pour Djokovic.

[0:56] 2/3 Muller profite de ce moment de flottement pour administrer un jeu blanc à son adversaire, avec notamment deux aces !

Le Luxembourgeois n’était pas donné favori sur cette rencontre, en partie en regard de la surface. Pour un joueur dont l’un des points forts est le service, jouer sur l’une des moquettes les plus lentes des Masters 1000 n’est pas forcément agréable … Et pourtant, le service de Muller fait des miracles aujourd’hui !

[1:03] 3/3, 30–30 Djokovic n’arrive plus aussi bien à embêter son adversaire, qui reprend du poil de la bête ! Le Serbe commence à pousser des cris à chaque coup.

[1:07] 3/3, Avantage Muller. Le Luxembourgeois peut encore une fois remercier son service, dans une passe où les échanges deviennent compliquer pour lui.

[1:08] 3/3, 40A Il peut par contre pester après sa deuxième balle, dont le Serbe ne fait qu’une bouchée

[1:10] 3/4 Muller se sort finalement de ce jeu de service long et compliqué ! Djokovic de con côté commence à montrer de vrais signes d’agacement, hurlant sur sa raquette.

[FIN DU LIVE]  C’est la fin de ce live — pour des raisons techniques de batterie vide.





[TERMINE] Albert RAMOS (ESP) — Jo-Wilfried TSONGA (FRA), 3/6–4/6

C’est l’une des grosses affiches de la journée pour les supporters français ! Jo-Wilfried Tsonga, aujourd’hui numéro 13 mondial, va affronter le Barcelonais Albert Ramos. Depuis le début de la saison, le Français n’a connu qu’une finale de tournoi. C’était … dimanche dernier ! Il s’est incliné à Vienne face à Andy Murray. L’Espagnol a lui déjà décroché un titre, à Bastad, et a surtout réalisé sa meilleure performance en grand chelem au début de l’année 2016, en arrivant en quarts de finale à Roland Garros.

Il est 15h05, et les joueurs rentrent sur le terrain pour s’échauffer ! Et c’est bien sûr une ovation qui accueille le “nounours” Tsonga !

 

Mohamed Lahyani est l’arbitre suédois de la rencontre. Il annonce que Tsonga a remporté le tirage au sort, et a décidé de servir le premier !

[0:00] 0/0, 40–0 C’est dans un silence religieux que Tsonga enchaîne trois a ces à plus de 200km/h !

[0:01] 1/0, 0–0 Il n’a fallu qu’à peine une minute au Français pour conclure son premier jeu, blanc, avec trois aces et un service gagnant. Une entrée en matière qui laisse les tribunes bouches bées !

[0:03] 1/0, 40–30 Ramos a du répondant, alors quand Tsonga claque un coup gagnant, un soupir de soulagement semble émaner des tribunes elles-mêmes.

[0:05] 1/1, 15–30 Tandis que l’Espagnol tente de prendre le large, un spectateur continue d’encourager l’arbitre, meuglant “MOHAMEEED” à tout va.

[0:07] 2/1 Jo sécurise son deuxième jeu de service après avoir un peu inquiété le public. Tout un pan d’une tribune peuplé de jeunes en vert lance un clapping digne de supporters de foot Islandais.

[0:10] 2/1, 15–40 Tsonga joue tranquillement, et pourtant il semble déjà prendre l’avantage. Pour rappel, les deux géants d’1m90 se sont déjà rencontrés 5 fois ; soit 5 victoires du Français.

[0:13] 2/1, 40A Une balle trop longue du Français tombe en dehors du terrain. L’arbitre indique à Tsonga avec ses mains écartés la distance qui la séparait de la ligne.

[0:14] 2/1, 40A Alors qu’il avait l’avantage en sa faveur, Tsonga voit sa balle accrochée par la bande du filet. Il laisse échapper un soupir qui semble ne faire qu’un avec celui des supporters.

[0:15] 2/2 Tsonga laisse échapper 3 balles de break. Le public dpité peut compter sur une trompette et l’éternel supporter de Mohamed Lahiany pour garder le sourire !

[0:20] 4/2 Et c’est un jeu de break blanc pour Tsonga !

[0:24] 4/2, 15–0 Un premier service (raté) de Tsonga à 211km/h manque de d’assommer une spectatrice !

[0:26] 5/2 Tsonga finit par empocher ce jeu, après quelques inconstances. L’arbitre demande de nouvelles balles. Nous sommes d’ailleurs sans nouvelles de son supporter depuis plusieurs jeux.

[0:28] 5/2, 15–0 Ramos claque son premier ace du match !

[0:29] 5/3 L’Espagnol s’en sort déjà avec un meilleur premier set que lors de son précédent match l’ayant opposé à Tsonga, la semaine dernière, à Vienne

[0:32] 6/3 Mais Tsonga ne laissera pas plus de terrain, il inflige un nouveau jeu blanc à son adversaire. Les tribunes, loin d’être pleines, ne s’emplissent pas comme on aurait pu s’y attendre.

[0:33] 0/0 Les joueurs se remettent en place, pendant que le public scande “Si t’es fier d’être pour Tsonga tape dans tes mains”, joignant bien sûr les gestes à la parole.

[0:36] 0/0, 30A Performance remarquable de l’arbitre, Mohamed Salhiany, qui s’est retenu durant tout un échange avant d’éternuer violemment devant son micro. La salle a eu peur.

[0:38] 0/0, 30–40 Pas déstabilisé pour un sou, Jo-Wilfried suit les conseils d’un supporter criant “Break d’entrée !!” et s’octroie une balle de break

[0:39] 1/0 C’est chose faite ! Après un échange palpitant, Tsonga arrache le break sur un smash qui a libéré le public, en apnée depuis une douzaine de coups.

[0:41] 1/0, 40–15 Les échanges sont longs et tendus, lâchés sans retenus depuis les fonds de cours respectifs. Les deux joueurs livrent un beau tennis, mais Tsonga garde la main sur le déroulement des hostilités.

[0:43] 2/1 Très calmement, Ramos a grapillé point par point pour infliger un jeu blanc à Jo.

[0:45] 2/1 Résurrection du supporter de l’arbitre, qui a cette fois poussé un cri d’encouragement assez indistinct. Difficile de savoir à qui il l’adressait, mais il ne fait aucun doute que l’intéressé a du en tirer une importante motivation.

[0:47] 3/1 Peut-être l’encouragement était-il destiné à Tsonga, puisque celui-ci claque pour la troisième fois du match un jeu blanc à son adversaire.

[0:50] 3/1, 15–40 Deux balles de break pour le Français, qui déroule un tennis simple mais efficace. Pour rappel, le vainqueur de la rencontre retrouvera au troisième tour du tournoi le Japonais Kei Nishikori, tombeur ce martin du Serbe Troicki.

[0:51] 3/1, 40A Jo cri de frustration après avoir laissé échappé ses deux balles de break. Le public ne le lâche pas pour autant et continue de l’encourager.

[0:52] 3/1, Avantage Ramos L’Espagnol tente de tirer profit de toutes les mauvaises passes de son adversaire, et se donne une chance de sécuriser son jeu de service

[0:54] 3/2 L’Espagnol coupe l’herbe sous le pied de Tsonga, qui a laissé filer trois balles de break.

[0:56] 3/2, 40–0 Puis Jo-Wilfried décide de jouer fort, et Ramos ne peut plus rien faire, lui a pourtant dérouler son plus beau tennis lors de son précédent match contre Robert

[0:58] 4/2, 40–0 Le Barcelonais se démène, et continue de profiter des moments de relâchement de Tsonga.

[1:00] 4/3 Petite sur le court central. Ramos remporte calmement son jeu. Les joueurs vont s’asseoir à leur banc en silence. Le public est discret. Le DJ oublie même de relancer la musique que l’on n’entend qu’entre deux jeux de tennis.

Un membre du staff de Ramos vient lui masser le mollet, rien de grave apparemment, le joueur se relève et trottine à son fond de cours.

[1:04] 4/3, 40–0 D’entrée de jeu, le Français se remet à dérouler un tennis efficace, dynamique. Il monte régulièrement au filet, ne laissant aucune chance à son adversaire. Il ne semble pas disposé à partager quoi que ce soit.

[1:07] 5/3, 15A Tsonga continue de se reposer sur sa légère mais suffisante avance. Pendant ce temps sur Twitter, on s’occupe en parlant de l’annonce de son futur enfant.

[1:08] 5/3, 40A A la ramasse, Ramos commet une double faute qui le met dans une position bien délicate.

[1:10] 5/4 D’un côté, un Ramos qui se débat et refuse de rendre la tâche facile à son adversaire. De l’autre côté, un Tsonga qui ne se brusque pas — ce qui peut se comprendre avec son genou encore fragile. On progresse donc lentement mais sûrement, car rien n’indique pour le moment un possible retournement de situation. D’autant que le Français sert maintenant pour le match.

[1:13] 5/4, 30–15 Rien n’est encore fait, mais Ramos n’est vraiment pas jojo face à Jo

[1:14] 6/3–6/4 C’est sur un smash sans retenu que le Français remporte ce match et sort le public d’une léthargie dans laquelle il était plongé depuis le début de ce second set.

“C’est la première fois que je gagne aussi confortablement, je pars sur un très bon jeu de service, c’est un bonheur de retrouver ce public” explique le Français sur le court central. “Vaut mieux tard que jamais. Sur cette fin de saison je me sens mieux physiquement […] et j’espère que ça va continuer.”

Avant que Jo ne quitte le cours, il va faire un heureux. Christophe, spectateur, a attrapé une balle “magique” lors du match précédent, qui lui donne donc le droit de taper quelques balles avec le tombeur de Ramos ! Le quinqua grisonnant ne retient pas ses coups, il est incisif ! Il capitale sur son coup droit, ce que Tsonga comprend vite. Il vient le chercher sur son revers et immédiatement, on sent une gêne. Christophe s’en remet donc à un jeu plus stratégique, obligeant Jo à courir pour récupérer une amortie impressionnante de “Chris”. Mais le Français n’est pas là pour partager des Kinder Bueno, et il réalise un passing shot irrécupérable. Christophe s’incline sur cette volée assassine. Il repart, la tête haute vers l’ombre de laquelle il est venu.



[TERMINE] Lucas POUILLE (FRA) — Feliciano LOPEZ (ESP), 6/7–6/3–6/3

[0:41] Lucas Pouille laisse donc filer ce premier set au tie-break ! On se retrouve pour le second set, avec un suivi jeu par jeu.

[0:42] 0–0, service Lopez

C’est donc Feliciano Lopez qui sert le premier sur ce set. Des le début, les deux joueurs se montrent agressifs, l’Espagnol s’essaie au service volée mais reste malheureux. Lucas Pouille encaisse les puissantes balles de son adversaire, qui restent plusieurs fois d’affilée dans sa raquette. Mais le Français finit par concéder le jeu sur un échange dynamique, qui le fait courir du filet à son fond de cours en vain.

[0:45] 0–1, service Pouille

Sur son service, le Français tente d’imposer le rythme mais ses balles finissent plusieurs fois dans le filet. Lorsqu’il passe ses premières balles, point d’aces mais une cadence lourde est imposée à Lopez. Pouille parvient sans trop de difficulté à remporter son jeu de service.

[0:51] 1–1, service Lopez

Lopez attaque fort sur son service, et se montre très incisif, il passe beaucoup de temps au filet. Son adversaire ne lui laisse pas pour autant champ libre, et défend tant bien que mal, ce qui lui permet de coller au score. L’Espagnol commet la double faute qui ramène Lucas Pouille à 40A. Trop gourmand, il remonte au filet, mais sa course est téléguidée : Pouille a le temps de se préparer et claque un passing qui lui permet de prendre l’avantage et une balle de break. Son ainé de 13 ans, originaire de Tolède, ne lui laisse toutefois aucun répit, et le pousse à la faute pour revenir à égalité. S’enchaînent alors les deux mêmes points, passing gagnant puis faute de Pouille, égalité. Rebelote, le passing shot de Pouille est gagnant, mais il ne laisse pas échapper sa troisième balle de break : il pousse l’Espagnol à la faute, et lui vole ainsi son jeu de service !

[0:57] 2–1, service Pouille

Le Français profite de son avance et tente de prendre l’ascendant sur son adversaire. Il essaie, il agresse, il bouge beaucoup, mais son adversaire se démène pour ne lui faire aucun cadeau. Le Français manque de réalisation, et ses fautes offrent 2 balles de break à Lopez. La meilleure des défenses, c’est alors l’attaque : il dynamise le jeu, crocs sorties, pour effacer une première balle de break. Malheureusement, une balle trop longue vient tomber loin derrière la ligne de Lopez. Débreak de l’Espagnol.

[1:00] 2–2, service Lopez

D’emblée, Pouille est dans le terrain, Lopez loin de sa ligne de fond de court. Le Français sort artillerie lourde, garde à distance son adversaire et n’hésite pas à montée au filet pour l’étouffer. Il se ménage une balle de break, que Lopez tente de défendre à son tour en montant au filet, pour une volée qui finit … en dehors du cours. Second break du Français, qui rugit le point serré ! Les lions sont lâchés !

[1:04] 3–2, service Pouille

Changement de vitesse, on se tourne autour, longues balles slicées croisées puis décroisées. Quand le serveur attaque, il préfère faire compliquer plutôt que simple … De fil en aiguille, sans trop rentrer dans le terrain, le Français se trouve une balle de jeu. Le rythme s’est adouci, les balles semblent léviter d’une raquette à l’autre jusqu’à se trouver claquées pour finir dans le filet ou en dehors du cours. On en arrive à 40A. C’est là que le Français a la bonne idée de planter un service gagnant. Malheureux sur le coup suivant, la trajectoire de sa balle rencontre la bande du filet pour le ramener à égalité. Mais le jeune tricolore profite de l’inconstance de son adversaire, et de deux fautes d’affilé, qui lui permettent d’enfin confirmer son break.

[1:11] 4–2, service Lopez

Feliciano n’a pas l’air d’apprécier le rythme ralenti du précédent jeu, et décide d’imposer à nouveau le sien. Il accélère, monte au filet, agresse. Pouille a du répondant, lui claque un revers décroisé de fond de cours. Imparable. Mais l’Espagnol a pris l’ascendant, il déroule et conclut son jeu de service sans grand problème.

[1:14] 4–3, service Pouille

Le Français propose maintenant des services fébriles, et doit bien souvent se contenter de secondes balles que l’Espagnol exploite du mieux qu’il peut. En milieu de jeu, Lucas se ressaisit et punit son adversaire d’un ace extérieur. A 40A, un long point commence à faire apparaître un début de fatigue des deux côtés du filet, mais c’est l’Espagnol qui craque le premier. Avec l’avantage dans la poche, le Français ne tremble pas et décroche son cinquième jeu du set.

[1:19] 5–3, service Lopez

Lucas Pouille saute au cou de son adversaire dés le début de son jeu de service, et s’arroge rapidement deux balles de set ! Gros danger pour Lopez, qui n’a pas le temps de respirer. Inspiré, il lâche un gros service pour effacer une première balle de break/set. Mais le Français refuse de laisser passer sa chance, et vole le jeu de service de l’Espagnol. 6–3, un set partout !

[1:24] 0–0, service Pouille

Le Français est le premier à servir pour ce dernier set. D’entrée de jeu, il frappe fort. Mais son adversaire est loin d’avoir dit son dernier mot, et court comme un beau diable pour renvoyer toutes les balles de Pouille. Dés qu’il le peut, Feliciano attaque. Une amortie de Lucas lui oblige à une superbe course du fond de cours au filet pour s’en sortir avec un passing qui cloue le Français. Arrivés à 40A, les deux joueurs se rendent coups pour coups avec la même intensité. Mais Pouille tire avantage de son service et cloture le débat de ce premier jeu avec un ace.

[1:28] 1–0, service Lopez

Le Madrilène semble heureux de retrouver son service, avec lequel il pilonne son adversaire. Cette fois, c’est lui qui tente d’imposer son rythme. Il semble en mesure d’y arriver, mais le Français n’est pas de cet avis. Son niveau de jeu en constante élévation gène terriblement Lopez, qui faute à plusieurs reprises, offrant une première balle de break. Il la sauve et prolonge son agression pour s’arroger une balle de jeu. Il aurait d’ailleurs pu conclure ce jeu, si le Français n’avait pas réclamer un challenge … réussi. Mais ce dernier finit tout de même par craquer, et laisse filer ce jeu qu’il semblait pourtant en mesure de voler.

[1:47] 3–3, service Pouille

[1:48] 15–15 — Le public encourage Lucas Pouille, qui réalise un ace !

[1:51] 4–3, service Lopez à venir. Le public respire après ce jeu remporté par le Français, alors qu’il était mal engagé !

[1:53] 4–4, Lopez inflige un jeu blanc à Lucas Pouille, impuissant sur les derniers points malgré les encouragement des tribunes du court central, quasiment pleines.

[1:55] 5–4, en ce mercredi après-midi, nombreuses sont les voix d’enfants fluettes à vibrer pour le Français. C’est la seconde fois qu’il rencontre Feliciano Lopez. La première fois, c’était plus tôt dans l’année à Vienne, et l’Espagnol s’était imposé laborieusement.

[1:59] 0–30, l’ambiance devient électrique dans les tribunes, pendant que Lucas Pouille se rapproche de plusieurs balles de match !

[2:00] 15–40, déja une balle de match effacée par l’Espagnol qui n’attend même pas le silence du public pour jouer

[2:01] 30–40, le public ne tient plus, alors que Lopez efface une seconde balle de match !

[2:03] La salle est debout pour Lucas Pouille, qui s’impose après deux heures de match sur le score de 6/7–3/6–3/6 !

Le joueur remercie le public de l’avoir soutenu tout le long du match. Au prochain tour, Lucas Pouille devra se confronter à Verdasco ou Murray, gros challenge en perspective !




[TERMINE] Kei NISHIKORI — Viktor TROICKI, 6/2–7/5

[0:19] Troisième changement de côté de ce match, qui commence sur un rythme très tranquille des deux côtés du filet. Peu de prises de risques, rares accélérations, longs échanges.

4/2 [0:20] 40–15 : Le break est fait pour Nishikori !

4/2 [0:21] 30–00 : Troicki commence à mettre les watts, les frappes tendues s’enchainent !

4/2 [0:22] 30–30 : Nishikori recolle au secours grâce à un magnifique passing shot décroisé qui finit dans l’angle du terrain !

4/2 [0:24] 40–40 : Troicki est en danger, il fait courir Nishikori d’un bout à l’autre de son fond de cours.

4/2 [0:25] 40A : Le Serbe agresse de plus en plus mais commet une faute ! Balle de break pour Nishikori !

5/2 [0:26] : Kei Nishikori répond aux frappes puissantes de son adversaire par un smash très bas, irrécupérable pour le Serbe ! Double break d’avance !

5/2 [0:28] : Les tribunes du court central se remplisse peu à peu tandis que Nishikori sert pour le premier set.

5/2 [0:29] 15–15 : Troicki perd rapidement le premier point sur une faute, mais pilonne le Japonais sur le point suivant !

5/2 [0:29] 40–15 : Balle de set pour Kei Nishikori !!

6/2 [0:30] : Après une petite demie-heure de petit jeu, Kei Nishikori remporte le premier set. Plus réaliste que le Serbe, il parvient mieux à mener ses points au bout.

0/0 [0:32] 30–00 : Troicki enchaîne les erreurs bêtes et commence à montrer des signes d’agacement.

0/0 [0:33] 30–00 : Inspiré, Troicki demande son premier challenge suite à un ace du Japonais. Bien lui en a pris, la balle est quelques millimètres en dehors du terrain !

1/0 [0:34] : Nishikori reste constant et inflige un jeu blanc à son adversaire, malgré les encouragements “Aller Viktor” scandés par le public.

1/0 [0:35] 30–15 : Après avoir pris coup gagnant sur coup gagnant, le Serbe profite d’un rebond sur le filet pour piloner son adversaire, qui ne peut rien faire.

1/0 [0:37] 30–40 : Première balle de break de ce second set

1/1 [0:38] Troicki réalise son premier break, en poussant le Japonais à la faute.

1/1 [0:40] 15/30 : Nishikori fait courir son adversaire comme un lapin sur son fond de cours et le pousse à la faute !

1/1 [0:40] 40A : Le Japonais est indéniablement plus agressif et dynamique que son adversaire, il ne lui fait pas de cadeau, sans pour autant livrer son meilleur tennis.

2/1 [0:42] : Nishikori défait le break de son adversaire ! Il fait preuve de plus de régularité et d’initiative. Le Serbe tente d’exister, mais ses coups restent fébriles, quand ils ne finissent pas en dehors du cours.

2/1 [0:45] : Au service, la tête de série N°5 profite enchaîne les services puissants, que son adversaire renvoie dans le filet ou laisse passer.

3/1 [0:47] Nishikori empoche facilement un troisième jeu grâce à des services efficaces. Le court central continue doucement de se remplir, quelques spectateurs encouragent Troicki, en difficultés.

3/1 [0:48] 40A : Troicki enchaîne les coups gagnants ou les aces avec des fautes, il ne parvient pas à prendre l’ascendant

3/2 [0:49] Trop gourmand, le Japonais finit par concéder le jeu sur un slice qui ne revient pas sur la ligne. Troicki est en difficulté, son adversaire l’empêche de poser son jeu et lui impose son rythme, pourtant pas effréné.

3/2 [0:52] 15–30 : Tandis que les premières trompettes résonnent pendant le changement de côté, le Serbe parvient à enchaîner deux longs coups droits gagnants.

3/2 [0:53] 15–40 : Complètement en déséquilibré et à reculons, Nishikori rate un smash et offre deux balles de break à son adversaire.

3/2 [0:51] 30–40 : Le Serbe perd sa première balle de break à cause d’une balle trop longue qui finit dans le couloir.

3/3 [0:55] Cette fois c’est le Japonais qui commet une faute et offre un break à Troicki, qui semble en mesure de se ressaisir s’il continue de presser son adversaire.

3/4 [0:56] : Jeu blanc éclair pour le Serbe qui paraît enfin se reprendre ! Il a su profiter d’un moment d’énervement du Japonais qui s’est déconcentré. Il doit s’appliquer à finir d’imposer son rythme après ce changement de côté, tandis que Nishikori va lui tenter de retrouver ses nerfs.

3/4 [0:58] 30–15 : Finalement, ce sont des fautes qui s’enchaînent de chaque côté du filet.

4/4 [1:00] : A l’heure de jeu, Nishikori semble tout de même garder l’ascendant. Il mitraille son adversaire et lui assène un smash sur le corps qui lui offre le jeu

4/4 [1:01] 15–40 : Le Serbe se fait plaisir sur un smash très haut contre lequel Nishikori ne peut rien.

4/5 [1:03] Troicki empoche un nouveau jeu. Si Nishikori semble toujours avoir un léger ascendant, les deux joueurs proposent un jeu incertain, ils tâtonnent. Le match peut être plié d’un instant à l’autre comme il peut s’éterniser.

4/5 [1:05] 15–15 : Long échange du fond de cours, balles tendues, mais Nishikori ne se donne pas la peine de courir pour défendre toute la largeur de sa ligne. “Il faut jouer” peut-on entendre dans les tribunes, où l’ennui semble pointer…

5/5 [1:07] Nishikori remporte son service, suite à des points étranges où se mêlent dynamisme et nonchalance.

5/5 [1:08] 30A : Les deux joueurs semblent toujours prêts à lâcher les coups, mais les fautes régulières freinent leurs rares initiatives.

5/5 [1:10] 40A : Un passing shot qui finit sur la ligne permet à Nishikori de mettre en danger son adversaire.

6/5 [1:10] Le Japonais break à nouveau son adversaire, et va donc pouvoir servir pour peut-être emporter le match. Ou l’échauffement, personne n’est vraiment sûr …

6/5 [1:12] 15–00 : Nishikori sert pour le match et Troicki faute encore.

6/5 [1:13] 40–00 : Trois balles de match pour le Japonais, il y a danger !

6/2–7/5, c’est fait ! Kei Nishikori se qualifie pour les huitièmes de finale après un match d’à peine plus d’une heure. Même s’il a gardé tout le long la main sur la confrontation, il devra se montrer plus incisif et surtout plus régulier au prochain tour s’il veut pouvoir l’emporter !

“J’aurais pu être plus rigoureux sur le début du second set, mais j’ai fait ce qui était nécessaire pour pouvoir le breaker au final” explique le japonais.