Trump l’insubmersible

Alors qu'Hillary Clinton fait face aux difficultés créées par la réouverture de l'enquête du FBI la concernant, Donald Trump rattrape son retard dans les sondages. Une résurrection dont le candidat républicain est coutumier.

La victoire paraissait assurée. Mais à l’image d’une élection marquée par l’inattendu, les six jours qui restent avant le 8 novembre s’annoncent non dépourvus de surprises. Si elle veut remporter la mise, Hillary Clinton devra se battre jusqu’au bout.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump défie les prédictions. Ni la première fois qu’il revient, contre toute attente, against all odds. Depuis l’annonce de sa campagne en juin 2015, les sondages ont été les amis ou les ennemis du candidat républicain, selon les semaines. Et comme le souligne un article du magazine canadien Macleans, à une semaine du scrutin, Trump aime à nouveau les sondages. Il y a de quoi. En huit jours, l’avance d’Hillary Clinton sur le Républicain est passée de 50–38 à 46–45

“Wow, on mène 46 à 45 dans les sondages ABC/Washington Post. Remonté de 12 points en deux semaines, surtout avant le scandale de ‘Hillary corrompue’!”

Un sondage annonce même Trump vainqueur. Pourtant, après la diffusion virale de ses propos orduriers sur les femmes, et les accusations en série de harcèlement sexuel, beaucoup pensaient Donald Trump enterré. Mais l’homme semble toujours se relever. En témoigne l’évolution des sondages depuis le début de la campagne.

Source : RealClearPolitics.com
Source : RealClearPolitics.com

Dans les six derniers mois, Donald Trump a talonné, voire dépassé Hillary Clinton, à plusieurs reprises, surfant sur des moments spécifiques de la campagne. Caractéristique de cette élection, à aucun moment les inflexions des courbes ne sont liées à de vrais points de programme. Les causes sont davantage à chercher du côté de scandales personnels ou d’évolutions structurelles classiques du système américain de scrutin. Typiquement, la fin de la convention républicaine, en juillet, a donné à Trump une longueur d’avance dans les sondages,

On ne le dira jamais assez, les sondages sont à prendre avec précaution. Mais la remontée du milliardaire dans les derniers jours de la campagne suscite déjà une contre-attaque d’Hillary Clinton, qui s’est remise à multiplier les attaques personnelles en direction de son adversaire. De son côté, Donald Trump est moins prompt à dénoncer par avance un scrutin truqué. Dans cette élection semblable à nulle autre, tout semble encore pouvoir se jouer d’ici le 8 novembre.