Election US: à J‐5, Obama casse les codes

J-5 avant l'élection présidentielle américaine ! A l'approche du scrutin, le débat s'envenime, les candidats s'invectivent. Barack Obama quitte la Maison Blanche le 20 janvier prochain. Il rompt avec l'habitude présidentielle de ne pas intervenir dans la campagne à travers une série de déclarations.

Barack Obama intervient dans la campagne présidentielle alors que l’élection a lieu le 8 novembre prochain, un fait inhabituel pour un président sortant américain. Le futur ex‐hôte de la Maison Blanche sort du bois après qu’un sondage ABC‐Washington Post positionne Donald Trump en tête (46% contre 45% pour Hillary Clinton).

Avant toute chose, pour une séance de rattrapage sur le fonctionnement des élections américaines, des primaires au vote du 8 novembre 2016, cliquez‐ici.

declas-obama

Barack Obama vole à la rescousse d’Hillary Clinton

Sur la chaîne NowThisNews, Barack Obama est sorti de sa réserve le 2 novembre dernier.

“Il existe une norme selon laquelle lorsqu’il y a des enquêtes, nous ne travaillons pas sur des insinuations, des informations incomplètes ou des fuites. Nous travaillons sur la base de décisions concrètes. Lorsque cela a été examiné à fond la dernière fois, la conclusion du FBI, la conclusion du ministère de la justice, la conclusion d’enquêtes répétées du Congrès, ont été qu’elle avait fait quelques erreurs, mais qu’il n’y avait rien de passible de poursuites.”

Dans cette affaire, certains vont jusqu’à dire que le patron du FBIJames Comey, serait proche de Donald Trump, cliquez ici pour en savoir plus.

Barack Obama, au sujet de la candidature d’une femme à la Maison Blanche:

“Je veux que chaque homme fasse son introspection. Quand un homme est ambitieux et travaille pour atteindre son but, c’est normal. Mais quand c’est une femme on se dit “mais qu’est-ce qui lui prend !” Je veux que vous y réfléchissiez car elle est tellement plus qualifiée que l’autre.”

L’écrivaine Anna Gold, dans une tribune publiée sur le Huffington Post, appelle à l’élection d’une femme à la présidence: “un symbole aussi puissant que l’a été Barack Obama.” Voir la tribune ici.

Barack Obama sur les Swing states:

“Si Hillary gagne la Caroline du Nord, elle gagne.”

Le premier président noir de l’histoire des Etats‐Unis fait ici allusion à cet Etat‐clé qu’il a remporté sur le fil en 2008.

carte-swing-states-f24_3

Quid de l’électorat afro‐américain ?

Invité le 2 novembre 2016 dans la matinale radio de Tom Joyner Morning Show, le président a déclaré aux auditeurs, pour la plupart afro‐américains:

“Le vote afro‐américain n’est pas aussi robuste qu’il devrait l’être. Beaucoup de gens dans les quartiers noirs se disent: “On aime Obama. On adore Michelle. C’était une expérience existante mais maintenant nous ne sommes plus aussi enthousiastes.” Mais vous savez quoi ? Chacun d’entre vous doit comprendre que tout ce que nous avons réussi à faire dépend maintenant de ma capacité de passer le flambeau à quelqu’un qui partage les mêmes valeurs que moi.”

En 2008, 90% de l’électorat afro‐américain avait voté en faveur de Barack Obama. En 2012, à une semaine du scrutin, 25% des afro‐américains avaient placé leur bulletin dans l’urne par vote anticipé. Aujourd’hui, à cinq jour de l’élection, ils ne sont que 15%.

Donald Trump, un républicain pas comme les autres

“J’ai été candidat contre John McCain, j’ai été candidat contre Mitt Romney (…) je n’ai jamais pensé que la république était en danger s’ils étaient élus”

Cette déclaration d’Obama pourrait peser sur la campagne. Le 44ème président de l’histoire des Etats‐Unis d’Amérique quitte ses fonctions avec une côte de popularité très favorable : plus de 50% d’opinons positives. A titre d’exemple, il a 3 points d’avance sur Ronald Reagan, pourtant très populaire, au même stade de son second mandat, en 1988.