Les sorties ciné le mercredi, une particularité française

Cette semaine, les cinéphiles ont eu la grande surprise de voir sortir des films dans les salles obscures le mardi de la Toussaint, férié, soit un jour plus tôt que d'habitude. En programmant les « sorties ciné » le mercredi, la France fait figure d’exception. D'où vient cette particularité bien ancrée dans l'esprit des français, et quelles sont les conséquences lorsqu'on y déroge ?

Le mardi premier novembre, férié pour la Toussaint, a provoqué un phénomène inédit dans les salles de cinéma. Habituellement, les films sortent le mercredi mais cette semaine, les premières ont eu lieu un jour en avance, pour attirer un maximum de monde lors de cette journée chômée. Certains ont d’ailleurs été chamboulés par ce changement.

https://twitter.com/arthuroeuvrard/status/793407312056741888

Les spectateurs ont pu apprécier avec un jour d’avance Mr Wolff avec Ben Affleck, Snowden, biopic sur le lanceur d’alerte éponyme, ou encore la comédie du Palmashow La folle histoire de Max & Léon. 

Sortir les films au cinéma en milieu de semaine est une spécificité française – aux États-Unis par exemple, les premières séances ont lieu le vendredi. D’où vient cette originalité ?

Pas de loi sur les sorties

Les sorties ciné ne dépendent d’aucun document juridique. Un film peut sortir indépendamment n’importe quel jour de la semaine. Pourquoi la coutume s’est imposée au mercredi ? La première explication, qui paraît somme toute très logique, vient du fait que le le mercredi soit un jour de repos pour les écoliers et les collégiens, ce qui leur permet d’avoir du temps pour aller au cinéma. Les sorties ont en fait toujours suivi le rythme scolaire : avant 1972, lorsque le jour chômé était le jeudi, les films démarraient ce jour là sur grand écran.

S’il n’y a pas de lois pour régir les jours de sorties, il en existe en revanche pour favoriser la fréquentation des cinémas. Pour ne pas empiéter, les chaînes de télévision n’ont pas le droit de diffuser de films les mercredis et vendredis soir, et le samedi toute la journée (soir compris).

Une mécanique bien rodée

Cette habitude de sortir les films le mercredi rejoint aussi des préoccupations logistiques pour les distributeurs et les cinémas. La programmation étant en général décidée le lundi, cela laisse la journée du mardi pour acheminer les bobines ou les versions numériques des œuvres dans les cinémas français.

En démarrant le mercredi, les distributeurs bénéficient aussi de trois jours pour tester la popularité de leurs films auprès du public, avant le week-end, moment de la semaine où les cinémas ont la plus grande fréquentation. Ils peuvent ainsi ajuster la programmation en fonction des premières tendances.

Les sorties ciné le mardi ne plaisent pas à tout le monde

Le problème avec les habitudes bien ancrées, ce sont les conséquences parfois négatives lorsqu’on y touche, comme nous l’explique un programmateur de la société de distribution française Le Pacte, qui n’a pas souhaité voir son nom apparaître. « Ça fait râler », confie-t-il. Pour lui, avancer la sortie d’un jour créé « un embouteillage de films », et réduit la durée de vie des films, en moyenne de 6 semaines – trois semaines « plein pot », avec une fréquentation élevée, puis trois semaines « de continuation », plus calmes. Ce jour en moins représente donc un gros manque à gagner pour Le Pacte, qui a sorti la semaine dernière (le mercredi 26 octobre), Moi, Daniel Blake du britannique Ken Loach, couronné en mai par la Palme d’or à au Festival de Cannes.

                                                                       Adrien Beria