[LIVE] Primaire à droite : suivez en direct le débat entre les sept candidats

Bonsoir à tous ! Bienvenue dans ce live du CFJ consacré au deuxième débat de la primaire de la droite et du centre. Nous suivrons en direct les échanges entre les sept candidats à partir de 20h30. L’émission est retransmise sur les chaînes d’information BFMTV et I-TELE. Un troisième débat aura lieu le 17 novembre, trois jours avant le premier tour de l’élection.

(23:15) Et c’est déjà la fin de ce live, merci à tous de nous avoir suivis ! Rendez-vous le 17 novembre pour le troisième et dernier débat avant le premier tour de la primaire de droite. Bonne soirée.

(23:12) Bruno Le Maire veut que “les lois religieuses se soumettent aux lois de la République, et pas l’inverse.”

(23:11) Jean-François veut “bâtir une France décomplexée”

(23:10) Pour NKM, le plus important est de battre le Front national. “Il y a un risque que le prochain mandat présidentiel soit pollué par l’extrême droite.”

(23:09) Sarkozy croit à la possibilité d’une alternance “franche, forte” et non une “alternance de compromis, molle.” Il estime avoir l’expérience suffisante pour assumer la fonction présidentielle sans avoir besoin de période transitoire.

(23:08) Pour Juppé, “nous avons besoin de réformes profondes”. “Faisons-nous confiance pour remettre la France sur le bon chemin.”

(23:07) Fillon veut être “le président qui travaille pour les Français (…) qui leur permet de réussir ensemble”.

(23:06) C’est l’heure de la conclusion ! Dernière question à éluder en une minute : “Pourquoi vous choisir vous ?”

(23:04) Jean-Frédéric Poisson veut qu’un examen soit organisé à la fin du primaire, que le collège unique soit supprimé et que les établissements gagnent en autonomie pour recruter et évaluer les enseignants.

(23:03) Juppé propose d’alléger les effectifs des petites places, le développement de “l’autonomie des établissements” et de l’apprentissage.

(23:02) Nicolas Sarkozy propose que tout jeune entre 18 et 25 ans sans formation ni emploi soit envoyé au service militaire.

(22:54) Bruno Le Maire : “L’autorité est la base d’un système éducatif qui marche”. Il propose de rétablir “15 heures d’apprentissage de la langue française en primaire”.

(22:50) NKM demande la suppression des nouveaux rythmes scolaires, qu’elle juge “fatigants” pour les enfants. “Je veux garder le collège unique en diversifiant les parcours.”

(22:49) On passe à l’éducation nationale ! Quel rôle doit jouer l’école ? Comment faire en sorte que les enfants aient tous les mêmes chances en entrant au collège ?

(22:46) Jean-François Copé joue la carte de l’autodérision et mentionne le choco-gate.

(22:45) Pour Fillon, Marine Le Pen conduirait le pays à la catastrophe. Il ne voterait pas non plus pour François Hollande, “qui viole le secret défense auprès de journalistes.” Mais le président pourrait difficilement être condamné pour cette accusation.

(22:40) NKM se prononce clairement contre le ni-ni, qu’elle qualifie de “faute morale”.

(22:38) Pour Jean-Frédéric Poisson, on ne peut pas condamner les enjeux que Marine Le Pen pose seulement à cause de son étiquette politique.

(22:36) : Jean-Frédéric Poisson voterait-il Marine Le Pen à l’élection présidentielle ? Il s’agace : “Je ne reproche pas à NKM d’avoir sollicité le soutien de Robert Ménard.” Elle rectifie les propos : il s’agissait d’un mail groupé.

(22:31) Nicolas Sarkozy : “Pendant 5 ans, François Hollande a été l’otage des frondeurs, des écologistes et de l’extrême gauche.”

(22:24) Bruno Le Maire s’étonne de l’attention accordée à François Bayrou. “On n’est plus en 1993.”

(22:20) Interrogé à ce sujet, Nicolas Sarkozy se dit “pour une alliance avec le centre”. Le nom de François Bayrou est mentionné pour la première fois du débat, alors que l’ancien chef de l’Etat l’a violemment critiqué cette semaine.

(22:08) Alain Juppé : “Je n’ai aucune sympathie pour le régime saoudien, pas davantage pour le régime iranien, mais il faut parler avec eux, et leur dire très clairement ce que nous attendons”

(22:07) Les Décodeurs rappellent que le Pôle antiterroriste que Jean-François Copé propose de créer existe déjà !

(21:59) NKM est très en retard sur le temps de parole.

(21:59) François Fillon : “Les personnes qui ont choisi de tourner leurs armes contre la France doivent être déchues de la nationalité française”

(21:49) Bruno Le Maire veut permettre aux juges d’interpeler et d’expulser “tout ressortissant étranger qui s’apprêterait à commettre un acte terroriste”. Pour lui, le gouvernement actuel ne met pas en oeuvre toutes les possibilités : il veut introduire le concept de “non-dénonciation d’acte de terrorisme”.

(21:48) La bataille de Mossoul arrive dans une phase décisive. La question suivante s’adresse à Bruno Le Maire : comment éviter que les jihadistes reviennent sur le sol français ?

(21:43) Nicolas Sarkozy aborde “le problème des mineurs délinquants”. Il propose de “supprimer l’excuse de minorité” et d’abaisser la responsabilité pénale à 16 ans. Voici ce que prévoit la loi à ce sujet.

(21:38) Alain Juppé est allé à Argenteuil hier, 11 ans après la phrase de Nicolas Sarkozy sur les “racailles”. Apolline de Malherbe lui reproche de ne pas aborder la question des banlieues dans son programme.

(21:35) Franceinfo a comparé le programme des sept candidats concernant les Fichés S et le nombre de places en prison.

(21:33) Bruno Le Maire aimerait créer 10 000 places de prison supplémentaires, contre 30 000 pour Jean-Frédéric Poisson.

(21:31) Alain Juppé est le candidat à la primaire qui veut le moins augmenter les effectifs policiers : “Je me force de faire des propositions réalistes et efficaces.”

(21:29) : Juppé estime que les policiers ne se sentent pas souvenus par la République. Il propose de redéployer 5 000 emplois, notamment dans l’administratif pour soulager les policiers.

(21:24) Nicolas Sarkozy critique l’emploi du terme “sauvageon” par Bernard Cazeneuve pour désigner les auteurs des violences policières à Vitry-Châtilon Pour lui, les policiers “doivent pouvoir faire usage de leur arme à feu s’ils pensent en conscience que leur vie est en danger. (…) La peur doit changer de camp.”

(21:24) Prochain sujet : la haine anti-policiers.

(21:20) Qui est Jean-Frédéric Poisson ? Profitez des réclames pour relire ce portrait de Libération sur le seul candidat du Parti chrétien-démocrate (PCD) à la primaire.

(21:16) Bruno Le Maire : “il faut renouveler la classe politique elle-même”

(21:09) Pour Nathalie Kosciusco-Morizet, “les femmes représentent la moitié de l’humanité, c’est normal qu’elles accèdent au pouvoir”

(21:08) Alors que Valérie Pécresse lui a apporté son soutien hier, Alain Juppé dit ne pas avoir encore prévu de l’intégrer au gouvernement, mais qu’il souhaite un gouvernement paritaire.

(21:05) L’âge d’Alain Juppé est la cible de nombreuses moqueries. Dernière en date : l’affiche de campagne du maire de Bordeaux est comparée à un faire-part de décès.

(21:01) François Fillon : “Il ne vaut pas faire de cette histoire de mandat unique une réforme constitutionnelle”. Nicolas Sarkozy soutient ses propos et s’attaque directement à Bruno Le Maire : “Commence déjà par essayer d’être élu, tu verras que c’est très difficile.”

(20:00) Bruno Le Maire estime que notre République a besoin d’une présidence stable qui offre des perspectives de long terme. Il cite l’exemple d’Angela Merkel en Allemagne.

(20:56) Alain Juppé : “il faut de la détermination, du courage et surtout garder le cap.”

(20:55) La façon de gouverner est l’une des grandes déceptions des Français. La question s’adresse à Alain Juppé : “si vous aviez 60 ans, proposeriez-vous aussi un seul mandat ?”

(20:53) Les candidats s’amusent du lapsus de Jean-François Copé :

(20:51) Pour Nicolas Sarkozy, la fonction de président est “très violente et très difficile.” “Je veux être le président de la décision contre le président de l’impuissance.”

(20:49) François Fillon critique François Hollande, qui pour lui “a abaissé la fonction présidentielle.” Il avait déjà accusé le chef de l’Etat d’avoir violé le secret défense en révélant des informations confidentielles à des journalistes. Relisez notre éclairage ici.

(20:47) Nathalie Kosciusko-Morizet explique que sa ligne politique a divergé vis-à-vis de celle de Nicolas Sarkozy. “Je souhaite réformer la Constitution pour que les citoyens puissent tout au long d’un mandat donner leur avis.”

(20:47) Bruno Le Maire répond le premier : “je serai un président de la République honnête vis-à-vis de son électorat (…) et de son projet.”

(20:45) Deuxième question : quel président serez-vous si vous êtes élu en 2017 ?

(20:44) Comment voter à la primaire ? Le site de la primaire de la droite et du centre rappelle les règles essentielles pour participer.

(20:43) Pour François Fillon, “Il y a deux questions à régler : une question de frontières (…) et que tous les clandestins soient reconduits chez eux.”

(20:41) Nicolas Sarkozy est l’auteur des accords à l’origine des Accords du Touquet en 2003. “La plupart [des migrants] veulent aller en Angleterre, il faut donc négocier le 7 mai avec Teresa May un accord pour que les Anglais décident de qui ils peuvent accueillir ou non”. Libération avait déjà décortiqué les arguments de l’ancien chef de l’Etat concernant les questions d’immigration.

(20:38) Bruno Le Maire est du même avis : il propose dans son programme que les réfugiés qui ont droit à l’asile restent en France, et demande à ce que les autres quittent le territoire Français.

(20:37) Pour Alain Juppé, le gouvernement n’a pas traité les causes du problème : les accords du Touquet et la différenciation entre réfugiés en situation légale et illégale.

(20:35) Nathalie Kosciusko-Morizet : “Le droit d’asile fait partie de notre identité (…). Il faut faire la différence entre les réfugiés, qui ont droit à l’asile, et les autres qui sont des migrants économiques, et là non nous ne pouvons pas les accueillir”.

(20:34) Jean-François Copé fait référence à la commune de Meaux, dont il est maire, qui accueille déjà des migrants : “Ce qui est derrière tout ça, c’est l’incapacité de la France a porter une politique de droit d’asile qui soit claire”. Il propose des délais de deux mois et un mois d’appel.

(20:33) Jean-Frédéric Poisson a été tiré au sort pour répondre en premier : “Il faut trouver un équilibre, ne pas contraindre les communes, jamais, mais trouver un équilibre.”

(20:32) Première question : “Que proposez-vous pour ces migrants qui pour la grande majorité d’entre eux veulent partir en Angleterre ?” Rappelons que ce soir, 3000 personnes dorment dans des tentes à Stalingrad.

(20:30) C’est parti !

(20:27) Les candidats prennent place devant les pupitres. Le débat va commencer d’ici quelques minutes.

(20:26) Ce deuxième débat est l’occasion de relire l’article de Romain Gaspar sur les succès et échecs électoraux des candidats à la primaire de la droite.

(20:18) Découvrez dans cet article du Parisien pourquoi ce deuxième débat s’annonce musclé.

(20:15) Selon un sondage OpinionWay publié ce jeudi, avec 40% d’intentions de vote, Alain Juppé reste en tête, suivi de Nicolas Sarkozy (26%), François Fillon (15%), Bruno Le Maire (13%), Nathalie Kosciusko-Morizet (4%), Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé (1% chacun).

(20:10) Voici le déroulement du débat à venir dans 20 minutes :
• Le débat est arbitré par Ruth Elkrief et Apolline de Malherbe (BFMTV), Laurence Ferrari et Michaël Darmon (I‑TELE)
• Il durera un peu plus de deux heures
• Trois thèmes seront abordés ce soir : l’Europe, l’éducation et la sécurité
• Chaque candidat disposera d’une minute pour répondre aux questions et une minute pour un droit de réponse
• Un public de 300 personnes assistera à l’émission