Les femmes gagnent moins que les hommes, et c’est un problème mondial

A partir du lundi 7 novembre à 16h34, les femmes françaises travailleront bénévolement jusqu'à la fin de l'année. En cause : l'écart de salaire d'environ 15% qui existe entre hommes et femmes. Le collectif féministe Les Glorieuses a appelé à la grève générale pour lutter contre cette discrimination, qui existe dans tous les pays du monde.

 

L’appel a été lancé sur Facebook, jeudi 3 novembre. Le 7 novembre, à 16h34, toutes les femmes sont appelées à cesser le travail par le collectif féministe Les Glorieuses. Rien de plus naturel si l’on y réfléchit, puisque leur travail est rémunéré jusqu’à cette date. Ensuite, elles travaillent bénévolement jusqu’à la fin de l’année.

L’écart de salaire entre hommes et femmes n’est pas nouveau, mais il est devenu cruellement banal. En moyenne, les Françaises gagnent 15% de moins que leurs confrères, à travail égal. Et elles ne sont pas les seules.

Depuis le 24 octobre dernier, les Islandaises sont mobilisées également contre l’inégalité des salaires. Tous les jours, elles stoppent le travail à 14h38, heure symbolique à partir de laquelle elles travaillent, elles aussi, bénévolement. Les hommes, eux, sont payés jusqu’à 17h. La date du 24 octobre a également été choisie à dessein : ce jour‐là, en 1975, 90% des Islandaises cessaient le travail pour revendiquer le droit à un jour de repos dans la semaine. En 2005, ces mêmes Islandaises stoppaient le travail à 14h08. En onze ans, elles ont donc gagné seulement 30 minute sur leur salaire…

capture-decran-2016-11-04-a-11-50-19

Et ailleurs en Europe, comment sont payées les femmes ? Alertés par les cas islandais et français, les infographistes de Slate ont fait le calcul pour les autres pays européens grâce aux données d’Eurostat. Le pire de tous : l’Estonie, où les femmes travaillent bénévolement à partir du 20 septembre à 17h20. Le grand gagnant : la Roumanie, avec le 15 décembre à 15h18.

capture-decran-2016-11-04-a-11-56-43capture-decran-2016-11-04-a-11-57-19

L’infographie, visible également sous forme de carte ici.

Ailleurs dans le monde, les calculs donnent des résultats presque similaires. Sur une journée, les Canadiennes sont payées jusqu’à 13h48, 12h09 au Japon. Les Coréennes quant à elles ne sont plus payées à partir de…10h48. Si il y a des prises de conscience, des mobilisations, il y a aussi ce que disent les chiffres : selon un rapport du Forum économique mondial paru récemment,  l’égalité salariale sera atteinte dans le monde…en 2186.

Pour aborder la question avec humour sans oublier les enjeux, regardez ce podcast de Natoo :

Pauline Jallon