Prix Goncourt : qui sont les déçus de l’édition 2016 ?

Après l'attribution du prix Goncourt à Leïla Slimani jeudi, nous braquons les projecteurs sur les candidats malheureux de l'édition 2016. Si le Goncourt ne consacre qu'un individu, ses concurrents méritent tout autant que l'on évoque leurs oeuvres. 

Le voile est levé. Jeudi, Leïla Slimani a remporté le prix Goncourt pour son roman Chanson Douce, contant l’histoire terrible d’une nourrice finissant par assassiner les enfants dont elle a la garde. Elle est la douzième femme à recevoir le plus prestigieux prix littéraire. Pourtant, le résultat semblait indécis jusqu’aux dernières heures précédant l’annonce du lauréat. Qui sont les déçus de l’édition 2016 ? Ils sont au nombre de trois, deux hommes, Gaël Faye et Régis Jauffret, et une femme, Catherine Cusset. Chacun d’eux mérite une part de lumière, ne serait-ce que pour être arrivé jusqu’à la sélection finale. Nombreux sont les oubliés dans la longue histoire du prix Goncourt. Pas exempt de scandales de corruption, l’académie n’a pas toujours su donner aux auteurs non-primés la reconnaissance qu’ils méritaient.

infographie

Considérée comme la favorite avec Leïla Slimani, Catherine Cusset connait déjà un certain succès en librairie. Agée de 53 ans, la lauréate du Goncourt des lycéens 2008 concourait grâce à son roman L’autre qu’on adorait, dans lequel elle décrit la descente aux enfers de son meilleur ami, suicidé à l’âge de 39 ans. Mêlant histoire vraie et fiction, le récit est chargé en émotion, selon nos confrères de Elle.

liste_la-bibliotheque-ideale-de-catherine-cusset_5612

Second du scrutin avec deux voix, Gaël Faye était le benjamin du Goncourt 2016, avec un an de moins que Leïla Slimani. Unanimement salué par la critique, son roman Petit pays lui a déjà permis de glaner le prix du roman Fnac et il est favori pour le prix Interallié remis mardi 8 novembre. L’histoire met en scène un enfant franco-rwandais qui grandit au Burundi jusqu’à ce qu’éclate la guerre civile dans son pays natal. Musicien et rappeur, Gaël Faye a du mal à le rythme que lui impose le succès de son livre.

gael-faye_5655029

Le dernier candidat malheureux a présenter est le doyen des finalistes du Goncourt. Agé de 61 ans, sa bibliographie est conséquente et il compte un prix Femina pour son roman Asile de fous. Spécialiste des microfictions autour des déviances et de la folie, le romancier concourait au prix Goncourt pour son roman Cannibales. Ce dernier met en scène une jeune femme et la mère de son ex petit ami qui complotent afin de pouvoir manger le jeune homme. 

 

Salués de manière unanime par la critique, ces trois romans ne seront pas sous le feu des projecteurs dans les prochaines semaines. L’ouvrage de Leïla Slimani Chanson Douce va bénéficier d’un nouveau tirage à 400 000 exemplaires. Il faut bien entendu un gagnant, mais les romans des déçus du Goncourt valent la peine d’être lus.