“Vodka-Redbull” : un cocktail aussi explosif qu’une ligne de cocaïne

Les effets du mélange alcool et boisson énergisante auraient un effet similaire à la consommation de cocaïne sur le corps humain, selon une étude de l’Université de Purdue dans l’Indiana, aux Etats-Unis.

On connaît les effets prétendus du Redbull : donner des ailes, mais aussi accélérer le rythme cardiaque. On connaissait moins le résultat d’un mélange prisé des consommateurs : la fameuse alliance « vodka-redbull », partenaire indéfectible des soirées des nombreux amis de la fête. Ce breuvage, largement apprécié, serait en vérité des plus nocifs, et ses effets sur les plus jeunes consommateurs, dévastateurs. Pour le corps humain, ces effets seraient similaires à ceux de la consommation de cocaïne

Des rats et de la vodka : l’étude de l’Université de Purdue

Publiée dans la revue scientifique américaine Plos One, cette étude a été réalisée en laboratoire sur des rats adolescents pour observer les effets du mélange caféine / alcool. Les résultats sont sidérants. Le breuvage provoque une augmentation de l’activité locomotrice chez les rongeurs par rapport à s’ils consommaient uniquement de la caféine. Le même changement a été constaté lorsque ces mêmes jeunes rats ont ingéré une dose de cocaïne. Leur comportement est similaire.

Une boisson au passif troublé

Le Redbull a vu le jour en Autriche en 1984. Sa vente est interdite dans certains pays comme le Danemark. Il contient de la taurine, un acide aminé à l’origine d’une meilleure interaction entre les différents éléments neuronaux. Cet acide aminé est fabriqué naturellement par le corps humain. La boisson énergétique continent également de la caféine et du glucuronolactone, une substance également fabriquée naturellement par le corps. Ce mélange d’éléments sert comme tonique sur la zone du cerveau en charge de la concentration. Une consommation accrue de caféine peut provoquer, à long terme, une hypertension artérielle.

En France, la vente du Redbull a été autorisée en avril 2008, avec pour condition que la taurine et le glucuronolactone soient enlevés et remplacés par un autre acide aminé aux effets mieux connus, l’arginine. Mais après de nombreux recours administratifs déposés par la marque autrichienne, le gouvernement français s’est plié à la demande et a autorisé la vente du véritable Redbull “qui donne des ailes” depuis juillet 2008. La France n’aura tenu que quatre mois.

https://www.youtube.com/watch?v=5qMQuJE4ln0

“Les deux substances repoussent leurs limites”

Le mélange du Redbull et de la vodka est plus qu’explosif pour le cerveau. “Il semble que les deux substances repoussent leurs limites, ce qui provoque des changements neurochimiques. C’est à cause de ces changements qu’il est difficile pour les personnes qui sont dépendantes à la drogue de cesser de consommer” a déclaré Richard van Rijn, un aide-professeur en chimie médicinale de l’Université Purdue qui a participé à l’expérience.

Un système de récompense

En effet, la cocaïne est un psychotrope, un puissant stimulant du système nerveux central. Ses effets sur le corps humain sont majeurs, similaires à ceux de l’amphétamine ou de la MDMA, substance très en vogue depuis quelques années car moins onéreuse que la cocaïne. La consommation de coke entraîne très rapidement une addiction et cet effet est attribué au fait qu’elle bloque le pompage et le stockage de la dopamine : une molécule “neurotransmetteur” qui joue un rôle essentiel dans la motivation, en fonctionnant sur une sorte de système de récompense. Cette molécule est impliquée dans certains plaisirs abstraits sur lesquels l’homme n’a pas d’influence.

Pour Manu, 24 ans, cette étude a plus ou moins changé son mode de consommation de ce cocktail : “au niveau des effets, ce cocktail aide à tenir la nuit sur la durée, même si bon le goût n’est pas top. Mais si on en boit trop, on ressent effectivement des effets comme des palpitations et des tremblements. Maintenant qu’au niveau cérébral je sais que c’est la même chose, j’avoue que ça ne changera pas fondamentalement ma consommation, même si je vais probablement en boire moins.”

Mais le résultat des chercheurs ne va pas changer les modes de vie de tout le monde. Julien, 25 ans et  amateur de vodka-redbull, a réagit à cette nouvelle : “On a des interdits tous les jours dans la presse comme Le Parisien ou 20 minutes. Pas de lait, pas de viande, pas de banane.. Et maintenant pas de vodka redbull ?! Ca ne changera rien pour moi. Ca désinhibe et c’est bon !”
cest-quand-me%cc%82me-pas-vraiment-pareil

 

 

Les effets du cocktail “vodka-redbull” auraient donc les mêmes effets, sur le long terme, que la poudre blanche sur notre cerveau, selon les chercheurs de cette étude. Pour les plus jeunes, les effets sont encore plus nocifs tout simplement parce que les cerveaux des ados sont moins résistants, et ce car ils n’ont pas terminé leur croissance. Ils sont donc bien plus sensibles à ces effets néfastes que les cerveaux matures…