L’entreprise de fret Euro Cargo Rail supprime 300 postes en France

La filiale française du groupe Deutsche Bahn justifie sa décision par des « hausses de péages » et la « dégradation » du système ferroviaire français.

300 postes supprimés. L’entreprise Euro Cargo Rail (ECR), filiale du groupe allemand Deutsche Bahn, a tenté d’expliquer jeudi 8 décembre cette réduction d’un quart de ses effectifs. Dans un communiqué, elle explique que « la rentabilité d’ECR s’est fortement dégradée, en particulier depuis 2013 », et souligne les « hausses des péages » et la « très forte dégradation de la qualité de service » du système ferroviaire français.

La direction de l’entreprise a présenté aux syndicats une nouvelle stratégie « visant à retrouver une stabilité pour assurer la viabilité de l’entreprise ». C’est-à-dire, des diminutions d’effectif : « Le nombre des agences en France sera réduit et environ 300 postes seront supprimés, au siège comme dans les régions ». ECR indique avoir déjà engagé des discussions avec des concurrents pour rechercher des conducteurs de trains. La filiale de Deutsche Bahn évoque également de possibles « reclassements dès le début de l’année 2017 » au sein de la SNCF.

 Le PDG d’Euro Cargo Rail, Gottfried Elmer, a assuré que « les mesures annoncées aujourd’hui sont indispensables, certaines sont difficiles, mais elles permettront notre croissance durable et les emplois de demain en France ». Quant aux syndicats, ils réfutent ces suppressions de postes. Fabrice Charrière, le secrétaire général adjoint de la fédération syndicale FO-Cheminots, a déclaré condamner les licenciements et demander « que l’Etat prenne ses responsabilités, avec la SNCF, pour reprendre la totalité des salariés concernés ».