Marine Le Pen veut en finir avec la scolarisation gratuite des enfants d’immigrés

La présidente du FN a précisé que la fin de la gratuité de l'éducation ne concernerait que les enfants étrangers en situation irrégulière, et s'est attirée les foudres du ministère de l'éducation.

Une “fin de récréation” sifflée à plein poumons par Marine le Pen ce jeudi : plus question pour la candidate de scolariser gratuitement les enfants d’immigrés.

Je considère que la solidarité nationale doit s’exprimer à l’égard des Français. Je n’ai rien contre les étrangers, mais je leur dis: ‘Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c’est terminé”, a lancé dans un premier temps la présidente du FN, invitée de l’institut de sondage BVA pour un de ses petits‐déjeuners “Pop 2017”.

Une “énorme provocation

Pour ne pas effrayer les expatriés européens et autres détenteurs de titres de séjour, la hussarde bleu marine de la République a préféré revenir sur ses propos. La fin de la gratuité de l’éducation ne concernerait selon elle que les enfants étrangers se trouvant en situation irrégulière : “Je parlais des enfants de clandestins”, a‐t‐elle précisé. “Plus de scolarisation des clandestins. Et contribution au système scolaire de la part des étrangers sauf si ils cotisent en situation légale.”

Soupir de soulagement chez nos expatriés européens, et cris d’orfraie dans les rangs du gouvernement.  “Mettre fin à la scolarisation des enfants étrangers? C’est l’honneur de la République que bafoue Marine Le Pen”, a assené Najat Vallaud‐Belkacem, première concernée par la question, sur Twitter.

Pour que la leçon sont bien assimilée, la ministre de l’éducation s’est fendue d’un communiqué dans la foulée : “Par ces mots, que je condamne avec la plus grande force, Mme Le Pen fait preuve tout autant de son indifférence la plus totale à des situations humainement terribles affectant de jeunes enfants, que sa méconnaissance de tous les principes républicains et de toutes les conventions internationales dont la France est signataire”

La porte‐parole du Parti socialiste, Corinne Narassiguin, a également dénoncé une “énorme provocation” qui montre “le vrai visage du FN”. “C’est le parti qui fait son beurre en dressant les plus fragiles contre les plus démunis, qui pervertit le patriotisme en livrant l’immigré à une vindicte populaire nourrie de haine de l’autre” a‐telle déclaré.