Michèle Alliot-Marie candidate à la présidentielle

Dans un entretien à 20 Minutes, l'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, et met en avant ses différences avec François Fillon.

“Oui, je suis candidate à la présidence de la République.” À 70 ans, l’ancienne ministre Michèle Alliot-Marie s’est officiellement déclarée dans une interview à 20 Minutes jeudi 8 décembre, et se targue d’avoir déjà obtenu “la moitié des promesses des 500 parainnages requis”.

En retrait du parti Les Républicains (LR), la nouvelle candidate met en avant ses différences avec François Fillon, notamment avec “ses choix libéraux”. Elle se déclare “pour la liberté des entreprises” afin de “faire face à la concurrence étrangère”, mais entend aussi s’opposer à l’ultralibéralisme du candidat LR : “Je pense que dans le monde actuel, l’Etat a toujours un rôle à jouer.”

Elle affirme proposer “une vision pour renouer avec un esprit de conquête pour la France et pour chacun des Français”. Une vidéo de campagne mise en ligne jeudi s’intitule d’ailleurs “retrouver l’esprit de conquête”.

L’ex-présidente du RPR invoque le gaullisme pour justifier son refus de participer à la primaire de la droite : “Ce n’est pas dans l’esprit de nos institutions”.

Ancienne députée des Pyrénées-Atlantiques, elle a été plusieurs fois ministre, sous la présidence de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy. Elle a occupé successivement et sans interruption tous les portefeuilles ministériels régaliens (Défense, Intérieur, Justice, Affaires étrangères), de 2002 à 2011. Lorsqu’elle travaillait au quai d’Orsay, son voyage en Tunisie avait suscité la controverse : elle avait utilisé durant ses vacances de Noël l’avion d’un de ses amis tunisiens, Aziz Miled, qui est aussi un proche du dictateur déchu Ben Ali.