Portrait‐robot du FC Barcelone, futur adversaire du PSG

Le Paris Saint-Germain a sans doute tiré le pire adversaire possible pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Mais le FC Barcelone a des failles.

C’est devenu une habitude : pour la quatrième fois depuis l’arrivée des Qataris au Paris Saint‐Germain, les Franciliens seront confrontés au FC Barcelone en Ligue des Champions.

Et jusqu’ici, les résultats n’ont pas été probants : éliminés avec les honneurs en 2012 en quarts de finale, les Parisiens ont recroisé la route des Catalans en phase de poules en 2014, avant de se faire sortir par ces mêmes Blaugrana la même saison, toujours en quarts de finale. Deux ans plus tard, les deux clubs se retrouvent, cette fois‐ci un cran plus bas dans la compétition. A quoi s’attendre face au Barça ?

Les joueurs 

Si le FC Barcelone fait toujours partie des meilleures équipes européennes, c’est évidemment grâce à son effectif cinq étoiles : à tous les postes, le Barça aligne des joueurs de grande qualité : du  gardien allemand Ter Stegen au mileu croate Rakitic, en passant par le défenseur Gerard Piqué, le Paris Saint‐Germain fera face à du lourd. Évidemment, le plus gros défi sera d’affronter la terrifiante “MSN”, le trio offensif barcelonais composé de Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar. Trois joueurs qui feront sans doute partie des cinq premiers au classement du Ballon d’or 2016…

Le onze‐type : Ter Stegen — Jordi Alba, Mascherano, Piqué, Sergi Roberto — Busquets, Rakitic, Iniesta — Neymar, Suarez, Messi.

L’entraîneur 

Parfois critiqué, Luis Enrique a tout de même ramené deux titres de champion d’Espagne au Barça, ainsi qu’une Ligue des Champions. Il entame sa troisième saison à la tête de l’effectif Blaugrana. Plus pragmatique et moins tacticien que Pep Guardiola, l’Asturien a appris à gérer les caractères des stars du vestiaire catalan, auxquels il s’était heurté lors de ses premiers mois au club.

Le style 

Le centre de gravité du jeu blaugrana s’est déplacé : alors que les ballons étaient aspirés par le milieu du temps de Guardiola, c’est désormais le trio offensif barcelonais qui vampirise tout. Les attaques sont plus rapides, l’élaboration du jeu moins collective. Si le Barça repose essentiellement sur les fulgurances de son trio de stars, il n’a pas renié ses principes pour autant : les relances se font au sol, et la possession du ballon est jugée essentielle.

Les forces

Le simple énoncé des noms de Messi, Suarez et Neymar suffirait à faire trembler n’importe quel défenseur. Associés, les trois stars de la “MSN” sont quasiment impossibles à arrêter. Et elles ne sont pas fournies par les pires passeurs, loin de là… Iniesta, Rakitic et Busquets assurent une assise solide au jeu barcelonais, complétée par des défenseurs capables de relancer et les montées des latéraux. C’est une équipe de grand talent que devra affronter le PSG d’Emery.

Les faiblesses

La première partie de saison a été l’occasion de constater que ce Barça‐là n’était pas invincible. Les Catalans ont même traversé plusieurs périodes de doute, et comptabilisent déjà deux défaites et quatre matchs nuls en Liga. Manchester City a également battu l’équipe entraînée par Luis Enrique. En cause ? Des carences dans la maîtrise collective, et des défaillances individuelles : Sergi Roberto, milieu reconverti arrière droit, n’offre pas toutes les garanties. Quant à Sergio Busquets, il effectue une piètre saison au regard de son niveau, tout comme la recrue portugaise André Gomes. Des motifs d’espoir pour le PSG…