Alep : accord pour évacuer les civils, réunion du Conseil de sécurité de l’ONU

La France a obtenu une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation à Alep alors qu'un accord a été trouvé pour l'évacuation des civils.

La pire tragédie humanitaire du XXIème siècle”. Alep est au coeur des inquiétudes de la communauté internationale, qui semble décidé à s’activer pour protéger les civils pris au piège alors que la ville est en passe d’être reprise par le régime de Damas.

Vers une évacuation des civils ? Un accord a été conclu “sous la houlette de la Russie et de la Turquie” pour l’évacuation “dans les prochaines heures” des civils et des rebelles de la ville syrienne d’Alep, a annoncé mardi peu avant 18 heures un responsable d’un groupe rebelle, Yasser al‐Youssef. Membre du bureau politique du groupe Noureddine al‐Zinki, il a précisé que l’accord “entrera en vigueur dans les prochaines heures” et qu’il a été conclu “sous la houlette de la Russie et de la Turquie”, soutiens respectifs du régime et de la rébellion.

“L’évacuation des blessés et des civils se fera en premier. Par la suite, les rebelles sortiront avec leurs armes légères”, a‐t‐il précisé. “Ceux qui partent choisiront d’aller soit dans l’ouest de la province d’Alep ou vers la province (voisine) d’Idleb (nord‐ouest)”.

Une source au sein d’Ahrar al‐Cham, autre influent groupe rebelle islamiste, a confirmé qu’un accord avait été conclu et que les civils puis les rebelles seraient évacués à bord de bus vers l’ouest de la province d’Alep ou la province d’Idleb.

La Russie, par l’intermédiaire de son ambassadeur à l’ONU Vitali Chourkine, a confirmé l’information selon laquelle “un accord” aurait été trouvé “sur le terrain” pour que les rebelles “quittent la ville”.

Mise à jour à 20h15 : L’ambassadeur Russe annonce que les combats ont cessé à Alep‐Est.

 

Réunion à l’ONU à la demande de la France. L’ambassadeur français François Delattre n’a pas mâché ses mots pour parler de la situation dramatique à Alep. En milieu d’après-midi ce mardi, la France a demandé une “réunion immédiate” du Conseil de sécurité de l’ONU. La réunion aura lieu à 18 heures, heure française. “Nous devons tout faire pour mettre fin à l’effusion de sang, et pour évacuer la population en toute sécurité et aider ceux qui en ont besoin”, a ajouté M. Delattre.

Les ravages des combats préoccupent fortement les nations unies. Selon l’ONU, les forces syriennes ont tué lundi au moins 82 civils à Alep‐Est. Le secrétaire général Ban Ki‐moon s’est alarmé lundi d’informations faisant état d’atrocités “contre un grand nombre” de civils.

 

De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) vient de faire une nouvelle annonce choc, ce mardi. L’ONG pro‐rebelles, basée en Grande‐Bretagne, rapporte la mort de 312 001 personnes, dont 16 000 enfants, depuis le début de la guerre en mars 2011, déclenchée par la répression de manifestations pro‐démocratie pacifiques. Au total, près de 90 000 civils ont perdu la vie.

Le conflit en Syrie s’est transformé en une guerre complexe impliquant une multitude d’acteurs, syriens et étrangers. Les efforts diplomatiques pour mettre fin au carnage n’ont jamais porté leurs fruits.