Les trois infos à retenir de la nuit

L'ONU s'alarme des crimes commis à Alep, Donald Trump compte nommer un pro-russe au poste de secrétaire d'État, et l'ONG Oxfam s'attaque à la concurrence fiscale menée par plusieurs États.

Alep : l’ONU s’inquiète « d’atrocités » qui auraient été commises à l’encontre de civils

Alors que les forces du régime de Bachar el-Assad étaient en passe de reprendre Alep, deuxième ville de Syrie, après quatre semaines d’une féroce offensive, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est alarmé dans un communiqué d’informations faisant part d’atrocités « contre un grand nombre » de civils, dans la nuit de lundi. Parmi ces victimes civiles, on compte un grand nombre d’enfants.

« La bataille d’Alep touche à sa fin », a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), selon qui seuls les deux grands quartiers de Soukkari et d’Al-Machad étaient encore dans les mains des rebelles.

Une source militaire à Alep estime quant à elle que l’offensive terrestre et aérienne débutée à la mi-novembre par el-Assad « entre dans sa phase finale ». Malgré les appels internationaux à mettre un terme aux attaques violentes à Alep, le régime syrien a poursuivi les manoeuvres afin de reprendre la ville.

Depuis septembre, Bana Alabed et sa mère Fatemah, qui habitent à Alep-Est, relatent la violence des bombardements sur les réseaux sociaux.

 

États-Unis : Donald Trump annoncera aujourd’hui le nom de son secrétaire d’État

Le nouveau président des États-Unis dévoilera cet après-midi le nom de son nouveau secrétaire d’État en charge de la diplomatie. Selon le média américain Fox News, Rex Tillerson, directeur général du géant pétrolier Exxon Mobil, est pressenti favori pour occuper ce poste. Ce proche du président russe Vladimir Poutine, décoré de la médaille de l’Ordre de l’amitié russe, se serait entretenu pendant deux heures avec Donald Trump samedi, selon des informations du New-York Times.

Les contrats conclus entre ExxonMobil et la principale compagnie pétrolière russe, Rosneft, pourraient générer 500 milliards de dollars, affirment des médias américains.

L’ONG Oxfam dénonce « une dangereuse course à la concurrence fiscale » dans un rapport

L’ONG Oxfam dénonce une « dangereuse course à la concurrence fiscale » de la part des États pour séduire des entreprises, dans un rapport publié mardi 13 décembre. « Ceux qui (en) paient le prix sont les citoyens, en particulier les plus pauvres, avec l’augmentation des impôts sur le revenu des particuliers et la réduction de services essentiels », déclaré Manon Aubry, responsable de l’ONG.

Le rapport montre la manière dont des États baissent leur impôts sur les sociétés afin d’attirer de nouveaux investisseurs. Parmi les 15 « pires paradis fiscaux » listés par l’ONG, quatre sont des pays de l’Union européenne : les Pays-Bas (3ème place), l’Irlande (6ème place), le Luxembourg (7ème place) et Chypre (10ème place).

La France est aussi tâclée par le rapport : « Elle vient aussi d’adopter une baisse progressive de son taux d’imposition sur les sociétés, de 33% à 28% et multiplie les crédits d’impôts aux entreprises. »