Viry‐Châtillon : le policier grièvement blessé est sorti de l’hôpital

Le policier le plus grièvement brûlé lors de l'attaque aux cocktails Molotov début octobre à Viry-Châtillon (Essonne), est sorti de l'hôpital jeudi. Le mineur mis en examen a été libéré.

Plusieurs greffes de peau, dix jours passés sous coma artificiel… mais tiré d’affaire. Le policier le plus grièvement brûlé lors de l’attaque aux cocktails Molotov début octobre à Viry‐Châtillon (Essonne), est sorti jeudi 8 décembre de l’hôpital Saint‐Louis, à Paris. Cette annonce coïncide avec la remise en liberté, mardi 13 décembre, du mineur mis en examen dans cette affaire. Il était soupçonné d’avoir participé à la confection des explosifs.

Le 8 octobre dernier, une quinzaine d’agresseurs ont incendié deux voitures de police, occupées par quatre agents en mission de surveillance. Les policiers veillaient sur une caméra installée près d’un feu rouge connu pour ses vols avec violence sur des automobilistes, en lisière de la Grande Borne, une cité difficile à cheval sur les communes de Viry‐Châtillon et Grigny, en région parisienne. Deux des agents ont été très grièvement brûlés.

Le jeune policier, adjoint de sécurité au moment des faits, va être titularisé gardien de la paix à son retour au travail. En attendant, Il a intégré un centre de réadaptation en Seine‐et‐Marne.

Ces violences avaient été à l’origine d’un vaste mouvement de protestation des forces de police dans toute la France. Aucun des auteurs directs de l’agression n’a été arrêté jusqu’à présent.