Vote de confiance : large majorité pour Bernard Cazeneuve

Le nouveau Premier ministre ramène une majorité solide derrière lui en se réappropriant les votes des frondeurs.

Le nouveau Premier ministre ramène les frondeurs dans son giron. Christian Jacob peut aller se rhabiller, lui qui pronostiquait “une confiance rétrécie d’une Assemblée de gauche qui attend sa chute”. Bernard Cazeneuve a obtenu mardi 13 décembre la confiance de l’Assemblée nationale, avec plus de voix que Manuel Valls lors de son vote de confiance en septembre 2014. 36 de plus pour être exact. Après deux heures de débat et une demi‐heure de vote, il a recueilli 305 voix pour, 239 contre, et 10 abstentions.

Mardi matin, les frondeurs réunis par Christian Paul ont décidé de voter collectivement la confiance à l’ancien ministre de l’Intérieur. Résultat: une seule abstention parmi eux, celle de Barbara Romagnan. Le chef de file Christian Paul a salué en Bernard Cazeneuve “un homme de dialogue” et un “Premier ministre de gauche, qui ne s’égare pas dans des croisades identitaires”. Une référence directe à Manuel Valls, qui avait lui‐même théorisé l’idée des “deux gauches irréconciliables”, et s’était attiré les foudres des frondeurs en passant en force la loi Travail, à coups de 49.3.

Sur le reste du vote, aucune surprise. Les membres du Parti radical de gauche ont voté la confiance, et la plupart des députés du Front de gauche ont voté contre. La quasi totalité des groupes Les Républicains (droite) (194 sur 199) et Union des démocrates et indépendants (UDI, centristes) (24 sur 27) ont voté contre, ainsi que les deux députés Front National Marion Maréchal‐Le Pen et Gilbert Collard, ou encore le centriste Jean Lassalle.