Les notes de PSG‐Lille : Verratti régale, le LOSC détale

Le PSG s'est facilement qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue en dominant (3-0) une équipe lilloise inoffensive. Marco Verratti a éclaboussé le match de son talent.

Les Parisiens s’enfoncaient dans la crise en cas de défaite mercredi soir face au LOSC. Mais ce huitième de finale de Coupe de la Ligue a été une promenade de santé pour le PSG, qui s’est imposé sans trembler grâce à un doublé de Lucas (43e s.p., 57e) et à un but de Jésé (69e). Les Lillois avaient semble‐t‐il décidé de perdre ce match avant qu’il ne commence, alignant une équipe bis et ultra défensive.

 

Les notes du Paris Saint‐Germain :

Trapp (5) : Le gardien allemand n’a jamais été sollicité par l’attaque lilloise, sauf sur le but qu’il encaisse en fin de match. Son jeu au pied a été propre.

Meunier (7) : Très actif, il a multiplié les appels sur son couloir droit, créant le danger de manière continue mais pas décisive. Peu menacé défensivement.

Marquinhos (6) : Quasiment jamais inquiété par l’attaque du LOSC, il a joué dans un fauteuil et s’est permis quelques belles relances.

Kimpembe (6) : Heureusement d’un meilleur niveau que sa coupe de cheveux, le défenseur central a été tranchant dans ses interventions et propre dans son utilisation du ballon.

Maxwell (4) : Le vétéran brésilien a été mis en difficulté, pris de vitesse à plusieurs reprises sur le côté. Son manque de vitesse l’a également empêché de participer autrement que par de la conservation de balle au jeu parisien.

Krychowiak (5) : Agressif à la récupération, le milieu défensif polonais est bien trop pauvre techniquement pour pouvoir apporter à la construction. Il s’est donc contenté d’un jeu de passes sobres.

Nkunku (6) : Même s’il était loin du niveau de Marco Verratti, le jeune Parisien a montré de belles choses au milieu, participant à la domination parisienne par quelques incursions. Il donne un joli centre décisif à Lucas (57e).

Verratti (8) : Étincelant, il a régné sur l’entrejeu, brisant toutes les actions lilloises, initiant toutes les offensives parisiennes par des gestes de classe et une régularité remarquable. Remplacé à l’heure de jeu par Matuidi, qui a harcelé les Lillois pendant 30 minutes.

Jesé (5) : Pétri de bonnes intentions, l’Espagnol est handicapé par son manque de forme, et s’est montré imprécis techniquement. Mais sa volonté a été récompensée par un joli but (69e).

Lucas (7) : Il était le seul titulaire habituel du trio offensif parisien ce soir, et a assumé son statut. En marquant le pénalty en première période tout d’abord (43e), puis en reprenant victorieusement le centre de Nkunku en seconde (57e). Une soirée pleine pour le Brésilien. Remplacé par Ikoné à vingt minutes du terme.

Augustin (5) : Disponible, il s’est créé plusieurs occasions nettes… qui ont fait ressortir ses lacunes techniques et son manque de confiance. Il obtient tout de même le pénalty en première période (43e).

Les notes du Lille OSC :

 

Maignan (6) : Évoluant assez haut, il a su prendre des risques pour couper les offensives parisiennes dans la profondeur. L’ancien gardien numéro 3 du PSG a effectué plusieurs parades, mais il fait la faute qui entraîne le pénalty en première période (43e).

Soumaoro (4) : Aligné à droite de la défense à 3 lilloise, il n’a quasiment joué que sans le ballon ce soir. Lorsqu’il a eu, c’était généralement pour dégager loin devant…

Civelli (4) : Installé au coeur du dispositif très défensif du LOSC, le grand échalas argentin a tenté de colmater les brèches, pas toujours avec succès. Limité dans la relance.

Sunzu (5) : Solide dans les duels, il a par contre failli à la relance. Blessé, il est remplacé par Basa à la 62e minute. L’entrant s’est distingué en marquant de la tête sur corner (88e).

Béria (4) : Moins en difficulté que l’autre latéral nordiste, le vétéran a très rarement fait autre chose que défendre dans ce match. Insuffisant.

Palmieri (3) : Dans son style davantage basé sur la combativité et l’engagement que sur la finesse, il a peu apporté devant… et beaucoup souffert face aux montées de Meunier.

Amadou (3) : Condamné par la tactique de Patrick Collot à courir après le ballon, il est en partie responsable du naufrage des Dogues au milieu de terrain.

Sankharé (3) : On l’a très peu avec le ballon, et lorsque que cela a été le cas, il n’a pas réussi à simplifier son jeu pour donner de l’allant au LOSC.

Terrier (4) : Lorsqu’il a été servi en profondeur, sa vitesse a fait souffrir Maxwell. Mais c’est arrivé bien trop rarement.

Benzia (4) : Ses quelques gestes techniques de qualité n’ont pas fait oublier un manque de mobilité qui a handicapé le jeu offensif du LOSC. Suppléé par Éder à dix minutes de la fin.

De Préville (non noté) : Il n’est resté que 39 minutes sur la pelouse, avant de sortir blessé à la cuisse droite. Auparavant, ses rares accélérations avaient créé quelques décalages. Remplacé par Sliti (4), invisible jusqu’à son corner décisif pour Marko Basa (88e).