Jésus n’est pas le seul maître du temps

Notre calendrier grégorien, utilisé depuis le XVIème siècle dans les pays catholiques, s'est peu à peu imposé à l'ensemble du monde, nécessité économique oblige. Pourtant, d'autres calendriers sont encore utilisés dans certaines régions où le Christ n'est pas considéré comme le repère temporel universel.

Difficile de s’imaginer vivre en l’an 5777, en l’an 1938 ou en  l’an 1438. C’est pourtant le quotidien des 2 milliards de personnes dans le monde qui n’utilisent pas le calendrier grégorien. Notre chronologie, instaurée par le pape Grégoire XIII en 1582, gravite autour d’une seule figure: Jésus Christ. Sa naissance (il s’agit en réalité de sa circoncision) en l’an 1 marque le début de notre ère. Cette borne temporelle permet ensuite de se repérer, au moyen des expressions “avant J‐C” ou “après J‐C”. Les autres calendriers ont choisi des points de repères différents, toujours historiques ou religieux, pour pouvoir naviguer dans le temps.

Nous ne vivons pas tous en 2017

Puisque chaque calendrier a son propre point de départ, bon nombre de personnes ne vivent pas en 2017. Si le calendrier républicain (mis en place en 1792 à l’instauration de la première République française) était encore en vigueur, nous serions le Decade I, Primidi de Pluviose an 225. Panorama des différentes dates dans le monde.

Jésus reste en avance sur son temps

La mondialisation des échanges oblige tous les pays à utiliser le calendrier grégorien, au moins sur le plan civil. Sans oublier que 5 milliards de personnes vivent officiellement  sous cette chronologie.

Jésus Christ reste donc, de loin, le repère temporel le plus utilisé. Il ne lui manque plus que le pouvoir spirituel pour prétendre être le fils de Dieu !