Conseil régional francilien : les préjugés à l’épreuve des chiffres

Les clichés et les idées reçues ont la vie dure en politique. On pourrait penser que les partis de gauche rassemblent plus de fonctionnaires ou encore que les élus de droite seraient issus majoritairement du secteur privé. Mais au sein du conseil régional d’Île de France, les résultats trouvés cassent les préjugés. Depuis le 18 décembre 2015, Valérie Pécresse (LR) est la présidente de la Région Île-de-France. Dans son discours d’investiture, la présidente a dit entendre « faire de l’Île-de-France la fabrique des nouvelles pratiques politiques ». Alors, l’Île-de-France fabrique de nouvelles pratiques politiques ? Réponse avec un focus sur la composition du conseil régional d’Île de France.

 

Au sein du conseil régional d’Île de France, la parité globale n’est pas entièrement respectée. Sur les 209 élus, 102 sont des femmes, pour 107 hommes. Toutefois, au sein des partis, la parité tend à être respecté. On pourrait croire que les formations de gauche sont les plus enclines à intégrer des femmes dans leur parti, et pourtant…

Les femmes sont majoritaires au sein de trois formations seulement : Europe écologie les verts, les Républicains et le Centre représenté par l’Udi et le Modem.
Avec 54% de femmes au sein du conseil régional d’Île de France, Europe Ecologie Les Verts est la formation politique où les femmes sont majoritaires. 52% des élus Les Républicains présents au Conseil Régional d’Île de France sont des femmes. Il est suivi de près par le Centre (Udi / Modem) qui rassemble 51% d’élues au sein du conseil.


Au niveau de la profession des élus, le conseil régional d’Île de France comprend une majorité d’élus issus du secteur privé. On aurait tendance à penser que les fonctionnaires sont majoritaires au sein des partis sociaux-démocrates. Et pourtant…

C’est le Front de Gauche qui rassemble le plus grand nombre de fonctionnaires au sein du Conseil Régional d’Île de France avec 43% d’élus issus de la fonction civile.
En deuxième position, les centristes, avec 33% d’élus fonctionnaires au sein du Conseil Régional francilien.


L’âge de l’élu par rapport à son parti est également un important facteur de préjugé.
On pourrait penser qu’après les élections de 2015 et le succès du Front National, une vague de jeunes frontistes déferlerait sur le conseil régional d’Île de France. Le PS serait un parti d’éléphants, en état d’agonie. Et Pourtant…

C’est le groupe des élus du Front de Gauche qui est le plus jeune dans cet hémicycle, avec un élu type de 45 ans. Il est suivi par le Parti Socialiste qui présente un élu type de 46 ans.

 

Une étude de ce genre permet de se rendre compte de la diversité de parcours, d’âge et de sexe au sein du conseil régional d’Île de France.