La gauche, pas encore exemplaire en matière de parité

“L’objectif est d’atteindre la parité à la fin”. Christophe Borgel, Monsieur élections du parti socialiste prévenait en octobre dernier que son parti allait viser la parité parmi ses candidats à l’élection législative de 2017. Une énième promesse pour un parti qui se targue d’être le porte flambeau des valeurs d’égalité. Seulement, le discours se heurte à l’épreuve des faits. Outre le fait que les femmes sont candidates dans des circonscriptions réputées plus difficilement gagnables, elles sont encore loin de représenter la moitié des élus, au niveau local ou national.

17 ans après le vote de la “loi sur la parité en France”, les femmes ne représentent que 41% des élus. Ce calcul ne prend pas en compte l’ensemble des élus en France, dont le nombre s’élève à 400.000, mais seulement les parlementaires, députés européens, conseillers régionaux et municipaux des 10 plus grandes villes de France.

La loi oblige pourtant les partis à présenter des listes égalitaires aux élections régionales et municipales. Mais les femmes sont souvent placées en fin de listes et donc plus rarement élues.

Depuis 2015, la loi contraint les partis à présenter des binômes homme-femme aux élections départementales. Sauf que seulement 8 présidents de département sont des présidentes. Un problème auquel sont confrontés tous les partis.

Mais un constat saute aux yeux : la gauche n’est pas exempte de reproche en matière de parité. Selon nos calculs, la gauche (PS-RPG, EELV et gauche radicale compris) n’a que 43% d’élus femmes, contre 40% pour la droite (UDI, LR et FN).

Au niveau de chaque parti, seuls les écologistes respectent la parité (54% de femmes élus). Les Républicains sont derniers du classement avec seulement 38% de femmes élus. Le PS n’est pas loin avec 39%.

En mars 2015, Claude Roiron, secrétaire national du parti socialiste aux droits des femmes et à la parité, avançait que « les avancées dans le domaine de la parité ont toujours été l’apanage de la gauche.» Certes, la loi de 2000 sur la parité est un héritage du gouvernement Jospin. Pourtant, 106 des 280 députés socialistes sont des femmes. Soit 37%. Toujours au-dessus des 28% en moyenne dans tout l’Hémicycle mais loin de l’égalité stricte.

Au sein du gouvernement, même si la parité a plutôt été respectée pendant le quinquennat de François Hollande, aucune femme n’a eu de poste régalien, exceptée Christiane Taubira à la Justice.

En 2012, le PS a perdu 1,2 million d’euros pour n’avoir présenté que 45% de femmes aux législatives. C’est loin des Républicains qui à l’époque n’avait présenté que 25% de femmes, mais l’idée que l’égalité se fait à marche forcée, sous contrainte d’une amende n’est pas loin.