Au QG de Fillon : “Malgré les consignes, on ne votera jamais Macron !”

REPORTAGE. Désenchantés, les partisans de François Fillon refusent le mot d'ordre de leur candidat qui a appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle.

Ils ont les yeux rivés sur l’écran géant installé à l’extérieur du QG de campagne rue Firmin Gillot dans le XVe arrondissement de Paris. L’ambiance est maussade. Les militants attendent le discours de leur candidat défait. Éliminé dès le premier tour de l’élection présidentielle 2017, donné à la troisième place avec moins de 20% des suffrages, François Fillon, le candidat Les Républicains apparaît enfin. “Je ne le fais pas de gaieté de coeur, mais l’abstention n’est pas dans mes gênes” déclare‐t‐il d’emblée. Il enchaîne :

“En attendant, il nous faut choisir ce qu’il y a de meilleur pour notre pays. Le FN a une histoire qui est connue pour sa violence et son intolérance. Je vous l’assure, l’extrémisme ne peut qu’apporter malheur et division à la France. Dès lors, il n’y a pas d’autres choix que de voter contre l’extrême-droite. Je voterai donc en faveur d’Emmanuel Macron”

Sa déclaration provoque aussitôt des sifflets, quolibets et une certaine incompréhension dans cette assemblée d’une trentaine de partisans. “Non, il ne fallait pas dire ça ! N’importe quoi ! Pourquoi a‐t‐il dit ça ?” s’exclame une jeune femme dans la foule. À quelques mètres de là, Muriel, 47 ans, fonctionnaire territoriale, n’en revient pas :

“Comment peut‐il appeler à voter Macron ? Cet homme n’a rien à voir avec Mr. Fillon. Il n’a pas de programme, c’est un charlatan ! Au second tour, moi je m’abstiendrai, c’est certain.”

Ils sont nombreux à partager cet avis. “Malgré les consignes de Fillon ce soir, on ne votera jamais Macron ! Je veux récupérer ma France d’il y a 60 ans, et ce n’est pas avec lui que ça arrivera” lâchent Sylvia et Jean, un couple de sexagénaires, venus principalement pour écouter l’allocution du candidat vainqueur de la primaire à droite.

“On connaissait les résultats depuis 18h30 grâce aux médias étrangers, mais si on savait qu’il appellerait à voter Macron, nous ne serions pas venus.”

Marine et Jenifer, 18 ans, primo‐votantes et encartées Les Républicains

“Je pense qu’il est temps de comptabiliser le vote blanc, affirme Jenifer, abasourdie. Je ne suis même pas sûre d’aller voter au second tour. Soit je m’abstiens, soit je vote blanc.” La jeune fille de 18 ans qui votait pour la première fois n’arrive pas à retenir ses larmes.

“Je préfère voter Le Pen que Macron”

À l’inverse des instructions de vote de François Fillon, un certain nombre d’électeurs fillonistes pourraient se laisser tenter, le 7 mai, par un vote en faveur de Marine Le Pen, qualifiée pour le second tour avec 21,7% des voix.

Simon, cadre commercial de 36 ans qui effectue pour la première fois une campagne du côté de LR affirme :

“Je préfère largement voter Le Pen que Macron. J’aurais aimé que Fillon ne donne pas de consignes de vote. Je serais resté chez moi au second tour, mais là, j’ai presque envie de voter Le Pen.”

Les militants sont tiraillés entre d’un côté, le Front National et de l’autre, un candidat perçu comme l’héritier de François Hollande. Plus timorée, Anne, 27 ans, attend le débat de l’entre deux‐tours pour faire son choix. “Sur le plan économique, Fillon était le meilleur. Je ne sais plus quoi faire. On verra bien d’ici le 7 mai.”