VIDÉO. La banalisation du FN représentée par les Unes de presse

Avec 21,3% des suffrages exprimés, Marine Le Pen se qualifie le 23 avril 2017 pour le second tour de l’élection présidentielle face à Emmanuel Macron (En Marche !). Un résultat attendu, tant le parti d’extrême droite n’a cessé de progresser dans les urnes depuis 2012. Pourtant, à bien des égards, ce scrutin est inédit. Il marque une forme de banalisation du parti frontiste.

Au soir du 21 avril 2002, de nombreuses manifestations spontanées contre Jean-Marie Le Pen, alors en lice pour le second tour de l’élection présidentielle face à Jacques Chirac, ont lieu dans plusieurs villes de France. Les journaux de l’époque titrent à ce moment-là “Non”, “Le choc”, “Le séisme”, “Le chaos”. Aujourd’hui, la presse nationale évoque un duel presque convenu  et se concentrent davantage sur Emmanuel Macron que Marine Le Pen.