FACT-CHECK. Macron souhaite-t-il vraiment faire entrer la Turquie dans l’Union européenne ?

Une page Facebook intitulée 'On aime la France', suivie par près de 600.000 personnes, affirme qu'Emmanuel Macron souhaite faire entrer la Turquie au sein de l'Union européenne. Qu'en est-il réellement ?

Dans un post paru ce mardi 25 avril, la page Facebook ‘On aime la France’, suivie par près de 600 000 personnes, affirme qu’Emmanuel Macron soutient l’adhésion de la Turquie au sein de l’Union européenne. Le candidat d’En Marche ! n’a pourtant jamais soutenu une telle mesure.

  • Ce que dit la page Facebook de ‘On aime la France’

https://www.facebook.com/1599057503748442/photos/a.1599059800414879.1073741828.1599057503748442/1827162954271228/?type=3&theater

 

“Avec Macron, voilà un nouveau pays dans l’Europe ! Je dis non !” affirme la page ‘On aime la France’ sur une carte représentant la Turquie. Le post a déjà été partagé près de 1.000 fois et a recueilli presque autant de réactions indignées.

L’adhésion de la Turquie à l’Europe n’est pourtant pas une mesure prévue par le candidat d’En Marche !.

  • Pourquoi c’est une « fake news »

Contacté par le CFJ, Pierre le Texier, responsable des “Jeunes avec Macron”, dément catégoriquement : “Emmanuel Macron ne soutient aucunement l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne”, ajoutant “Il s’inquiète même de la dérive que prend le régime d’Erdogan”.

Dans une interview accordée le 17 avril 2017 à BFMTV et reprise par le site Armenews, Emmanuel Macron avait déjà affirmé qu’il n’y aurait “pas d’avancée” dans les discussions d’intégration de la Turquie à l’Union Européenne s’il parvenait à l’Elysée. Le candidat d’En Marche a par ailleurs “regretté profondément” et “désapprouvé” le chemin pris par la Turquie du président Erdogan. “Mon souhait, c’est qu’on puisse continuer à avoir une Union européenne, une France qui laisse la porte ouverte aux démocrates de la Turquie”, a poursuivi le candidat à la présidence de la République.

 

Par Anne-Sophie Faivre le Cadre et Laura Cappai