Policiers : “On est nombreux à souhaiter que Marine Le Pen soit présidente”

Mercredi 26 avril, 7 000 à 10 000 policiers ont défilé à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail. Nombre d'entre-eux comptent voter Front national le 7 mai.

Ils ne l’assument pas ouvertement. Refusent d’abord de “parler politique.” Ne prononcent jamais le nom de Marine Le Pen. Et puis, peu à peu, plusieurs policiers manifestant à Paris, ce mercredi, se dévoilent. Au second tour de la présidentielle, ils glisseront dans l’urne un bulletin Front national.

“Aujourd’hui, confie avec assurance un policier d’une trentaine d’années, on est deux sur trois à vouloir que Marine Le Pen soit présidente.” Plus mesurées, les études statistiques confirment toutefois que le vote FN gagne du terrain dans les rangs policiers.

Au moins un sur deux

Selon une analyse du Cevipof de janvier 2016, plus d’un policier sur deux a choisi le Front national aux élections régionales de 2015, contre 30% à l’élection présidentielle de 2012. En 2017, le Cevipof montre que Marine Le Pen séduit de plus en plus les fonctionnaires, un milieu traditionnellement hostile à l’extrême droite.

“Il est temps de mettre fin au sentiment d’impunité général et renforcer le volet sécuritaire, justifie un membre de la brigade anti-criminalité de Paris, au milieu du cortège. Je ne suis pas raciste, je veux que l’autorité soit respectée.” Avec 7 000 à 10 000 collègues venus de la France entière, il défile de Montparnasse aux Invalides pour dénoncer les conditions de travail de la police.

Cette manifestation était planifiée depuis plusieurs semaines à l’appel du syndicat SGP Police FO, pour interpeller les candidats de l’entre-deux-tours. Elle prend une tonalité particulière, cinq jours après l’attentat des Champs-Élysées qui a coûté la vie au commandant Xavier Jugelé.

“L’État est impuissant”, lance Arthur, policier en banlieue lyonnaise, après avoir observé la minute de silence collective en hommage au policier assassiné. “La justice n’est pas appliquée, poursuit-il. François Molins lui-même a admis que l’assaillant n’avait pas respecté les contraintes judiciaires.”

Mal-être

Baisse des effectifs, vétusté du matériel, inapplication des peines prononcées par les juges nourrissent le mal-être que les policiers expriment régulièrement depuis dix ans. “Sans parler de la haine anti-flics qui dégrade l’image du métier, alors qu’on est là pour protéger”, ajoute Guillaume, policier en banlieue parisienne. “Reconnaissance ! Pour la police de France !” entonnent les manifestants. Dans ce contexte, nombreux sont les membres des forces de l’ordre qui se tournent vers le Front national.

“Marine Le Pen est la candidate qui parle le plus de sécurité”, fait valoir un manifestant venu de Montpellier, qui confie sa “colère face au laxisme de la justice.” Il invoque les délinquants multirécidivistes, “toujours les mêmes qu’on croise à chaque fois” et “les prisons ‘all inclusive’ avec Canal+ et des salles de musculation.” Pourtant, ces fonctionnaires peinent à énumérer les mesures proposées par la candidate du Front national, comme la construction de 40 000 nouvelles places de prison ou le rétablissement des peines plancher.

Lundi, le syndicat policier Alliance a invité à voter “contre la candidate du Front national.” Une position publiquement contestée par certaines antennes départementales du syndicat, ce que n’ont pas manqué de relever plusieurs responsables FN. “C’est inadmissible, réagit un policier de la BAC à Paris, présent dans le cortège de manifestants. De quel droit donnent-ils cette consigne ? Un syndicat doit être apolitique et le vote relève de l’intime conviction. C’est aussi personnel que la religion ou la sexualité.”

Les autres syndicats policiers ne donneront aucune indication. “Chacun votera en conscience”, affirme Jean-Marc Bailleul, le patron de SCI-CFDT Police, syndicat majoritaire chez les officiers. Avant d’ajouter cette évidence qui, dans ce contexte, sonne comme un rappel à l’ordre : “Les policiers savent bien que les valeurs républicaines sont au fondement de leur métier.”