VIDÉO. “J’ai 60 euros par mois pour manger” : à Créteil, les étudiants nous parlent de leur budget serré

Le pouvoir d'achat est un thème majeur de l'élection présidentielle de 2017. Le CFJ est allé en banlieue parisienne, à Créteil, pour rencontrer des étudiants aux petits budgets.

“Si j’avais un peu plus d’argent, j’arrêterai de travailler.” Comme Rim, une étudiante italienne en France depuis deux ans, beaucoup d’étudiants doivent travailler pendant leurs études. Près d’un étudiant sur quatre déclare avoir des difficultés financières, selon l’Observatoire national de la vie étudiante, rappelle l’Etudiant. Dix jours avant le second tour de la présidentielle, le CFJ est allé jeudi 27 avril à la rencontre des étudiants de banlieue parisienne, à Créteil (94), afin de connaître leur quotidien.

L’année universitaire touche à sa fin. Certains étudiants sont en plein partiels. Néoza est étudiante en première année de biologie. Elle n’a que 60 euros par mois pour manger. Ses parents, qui doivent aider ses deux autres sœurs, ne peuvent pas lui donner plus. Alors pour ses repas, elle va au Leader Price, 100 mètres plus loin. Aujourd’hui, c’est taboulé.

Son amie Rim est assise à côté d’elle, au pied du bâtiment principal de l’Université, un immeuble des années 1970 typique de l’architecture de Créteil. Pour vivre, elle travaille 28 heures par semaine au Carrefour, pour 1 100 euros. Un autre étudiant en management travaille aussi. Mais pour lui, c’est un apprentissage qui lui rapporte 1 500 euros. Son projet : remplacer sa vieille voiture.

Tous ont des envies, des rêves, malgré leurs petits budgets. Gaëtan, en Activités physiques et sportives (Staps), veut, par exemple, remplacer le rétroviseur de sa moto.

Retrouvez les témoignages des étudiants de Créteil dans notre vidéo ci‐dessous.

Par Hugo Cailloux et Laura Cappai