FACT-CHECK. Les mensonges et approximations de Macron et Le Pen (et nos désintox)

Fake news, mensonge, approximation, ils ont été les stars de cet entre-deux tours de la présidentielle. Le débat qui a opposé mercredi 3 mai 2017, Emmanuel Macron, candidat d’En Marche, et Marine Le Pen, candidate du Front national, n’aura pas été épargné. Sur les deux heures et vingt minutes d’échange, les décodeurs du journal Le Monde a compté 19 intox. Pendant tout l’entre-deux tours, le CFJ aussi s’est attelé à vérifier ces informations erronées. On a sélectionné pour vous un florilège de celles-ci :

  • L’intox de Marine Le Pen sur la loi Travail

Invitée de Jean-Jacques Bourdin dans l’heure du choix sur RMC jeudi 4 mai, la candidate Front national a remis en cause la loi Travail, entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Elle a ainsi affirmé que “les heures supplémentaires” allaient “disparaître”.

C’est faux. Dans la loi, le seuil de majoration des heures supplémentaires ne peut pas être inférieur à 10% (Art-L3121-33).

» En savoir plus : Non, la loi travail ne supprime pas les heures supplémentaires

  • L’erreur d’Emmanuel Macron sur le chômage en Europe

“Nous sommes le seul pays d’Europe à ne pas avoir endigué le chômage de masse”, a déclaré Emmanuel Macron lors du débat d’entre-deux tours. Le chômage en France se situe au dessus de la moyenne des pays européens, mais il n’est pas le plus élevé. La France n’est donc pas le seul pays européen a n’avoir pas endigué le chômage, contrairement à ce qu’a dit Emmanuel Macron.

» En savoir plus : Non, la France n’est pas le seul pays européen qui n’a pas endigué le chômage

  • L’exagération de Marine Le Pen sur le coût de l’Union européenne pour la France :

Lors du débat, mercredi 3 mai, Marine Le Pen a affirmé que l’Union européenne coûtait chaque année à la France 9 milliards d’euros. Or le sénat évalue la contribution nette de la France en 2016 à 6,17 milliards d’euros.

» En savoir plus : Combien coûte l’UE à la France ?

  • Le revirement de Marine Le Pen sur l’application de l’âge de départ à la retraite à 60 ans.

Marine Le Pen a également affirmé mercredi soir qu’elle ferait passer l’âge de la retraite à 60 ans avant « la fin du quinquennat ». Pourtant, dans une vidéo publiée sur son compte Youtube le 11 avril dernier, elle affirmait vouloir prendre cette décision dans “les deux mois” suivant son élection. Un revirement que n’a pas manqué de souligner Emmanuel Macron.

» En savoir plus : Marine Le Pen a‑t-elle vraiment promis la retraite à 60 ans “deux mois” ?

  • Les approximations de Marine Le Pen sur la clause Molière

“La clause Molière a été interdite par l’Union européenne”, affirmait Marine Le Pen mardi 25 avril sur le plateau de TF1.

L’Union européenne n’interdit pas cette clause. Elle a d’ailleurs été appliquée dans six régions françaises. Mais la commissaire à l’emploi de la commission européenne, Marianne Thyssen, a tout de même assuré le 19 mars au Parisien, que cette clause “est une discrimination contraire à la législation européenne”.

» En savoir plus : Marine Le Pen : “La clause Molière a été interdite par l’Union européenne”

  • Le mensonge de Marine Le Pen sur le passage à l’euro

Selon Marine Le Pen, la mise en place de l’euro “a entraîné une augmentation spectaculaire des prix”. Faux. Selon l’Insee, il n’y a pas eu d’accélération de la hausse des prix en France pendant la période de la mise en place de l’euro.

» En savoir plus : Marine Le Pen : “Tous les Français ont constaté l’explosion des prix au moment du passage à l’euro”

  • Marine Le Pen sous-évalue le nombre de médias interdits à ses meetings

Oui, ça fait 5 ans que Mediapart et Quotidien sont interdits … “, a répondu Marine Le Pen à Jean-Jacques Bourdin, qui l’interrogait jeudi 4 mai à propos des médias interdits à ses meetings. Le journaliste l’interrompt : “Ce ne sont pas les seuls !”. “Si ! Si !”, assure quant à elle Marine le Pen.

Mais c’est faux. Selon une pétition signée par 36 journalistes et 29 médias„ l’AFP, Radio France, RFI, France 24, Le Monde, Libération et Marianne, notamment ont été à un moment ou à un autre victimes de ces interdictions.

» En savoir plus : Non, Marine le Pen n’entrave pas seulement Mediapart et Quotidien