Les Français ont moins voté au second tour

Pour la première fois depuis 1969 et l'élection de Georges Pompidou, la participation au soir du second tour est inférieure à celle du premier tour lors d'une présidentielle. Une partie des Français ne s'est pas reconnue dans le face-à-face entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

L’abstention au soir du second tour de l’élection présidentielle était de 25,38% selon les résultats définitfs. La participation des Français au scrutin, autour de 74,72%, s’annonce inférieure à celle du premier tour, où elle s’élevait à 77,7%, sur 47.582.183 d’électeurs inscrits. Le second tour de cette élection présidentielle a été marqué par un taux exceptionnel de votes blancs ou nul : 4 millions environ (4 066 802 exactement) contre 1.6 en 2007 et 2,2 en 2012.

Une telle évolution à la baisse est une première depuis le second tour du scrutin de 1969. Cette année‐là, l’élection présidentielle opposait le candidat de droite Georges Pompidou et le candidat de centre‐droit Alain Poher. L’électorat de gauche avait alors massivement boudé les urnes : une participation de 77, 59% au premier tour, contre 68,85% au second tour de la présidentielle. En 1965, lors de la première élection présidentielle au suffrage universel direct, l’abstention s’était aussi accrue entre le premier et le deuxième tour, dans des proportions plus modestes.

Près d’un quart d’abstentionnistes

Il y a deux semaines, au soir du premier tour, 22,23% des électeurs s’étaient abstenus. Plus d’un quart des électeurs se seraient finalement détournés du duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Un chiffre en hausse par rapport à 2007 et 2012. La participation était respectivement de 83,97% et 80,35% lors des scrutins qui avaient porté au pouvoir Nicolas Sarkozy puis François Hollande. 4 millions d’électeurs ont boudé le scrutin du deuxième tour.

Cette hausse annoncée de l’abstention intervient alors que l’entre-deux-tours a été marqué par les déclarations du candidat de la France Insoumise. Jean‐Luc Mélenchon, quatrième du premier tour avec 19,58%, a indiqué « qu’aucune voix ne devait aller au Front national », sans jamais dissuader ses 7 millions d’électeurs de renoncer à leur tentation de l’abstention du vote blanc. Le résultat de la consultation effectuée auprès de ses militants sur son site internet avait placé le choix du vote blanc ou nul en tête. Près de 40% de ses électeurs étaient tentés de s’abstenir selon un sondage Ifop, publié samedi par Libération.

La participation s’élevait officiellement à 65,30% à 17 heures selon le ministère de l’Intérieur, contre 69,42% à la même heure au premier tour. Au deuxième tour de 2012, la participation était de 71.96% à cette heure‐ci.