FACT-CHECK. François Hollande : une retraite de président à 15 000 euros par mois ?

Ce n'est pas nouveau, les présidents à la retraite coûtent cher, très cher. Le site «La gauche m’a tuer » a annoncé que François Hollande sera rémunéré 15 000 euros par mois, en tant qu'ancien président. Une affirmation qui n’est pas tout à fait vraie.

15 000 euros, “sans compter sa retraite de député, de maire, de président de conseil général et de membre de la cour des Comptes”. C’est la somme que touchera François Hollande chaque mois à partir de dimanche prochain — date de l’investiture de son successeur Emmanuel Macron — si l’on en croit le site “La gauche m’a tuer”.

Capture d’écran du site lagauchematuer.fr

Combien touche réellement un président de la République à la retraite ?

Les indemnités dues à un ancien président de la République s’élèvent à 5 184 euros net (6 000 euros bruts), soit « le montant du traitement indiciaire brut d’un conseiller d’Etat en service ordinaire », selon une loi datant de… 1955.

Cependant, François Hollande obtiendra une pension mensuelle équivalente à 15 000 euros net, seulement si on y additionne trois autres indemnités : celles d’ex-député de Corrèze (6 208 euros net), celle d’ancien conseiller de la Cour des comptes (3 473 euros net) et enfin celle d’ancien président du conseil général de Corrèze (235 euros net). L’affirmation selon laquelle le président touchera 15 000 euros par mois sans compter les indemnités de retraite de ses autres mandatures est donc fausse.

Moins de privilèges depuis 2016 :

A ces indemnités s’ajoutent des privilèges, comme sept collaborateurs permanents et deux agents de service chargés de sa protection, pour une période de cinq ans suivant la fin de du mandat présidentielle.

Des privilèges que M. Hollande lui-même avait décidé de réduire, suite à un rapport de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat révélant que les trois ex-présidents français encore en vie – Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy – coûtaient 10,3 millions d’euros par an.

Un décret paru en octobre 2016 stipule que le nombre de collaborateurs permanents sera réduit de sept à trois et que le nombre d’agents de service passera de deux à un, au bout de cinq ans. De même, il institue la fin de la gratuité des transports sur les réseaux SNCF et Air France pour les anciens présidents. Une mesure surtout symbolique : 3 millions d’euros seulement ont été économisés, selon le député socialiste René Dosière. Aujourd’hui, les anciens chefs de l’Etat conservent tout de même leur bureau parisien, ainsi que des véhicules et chauffeurs fournis par le ministère de l’Intérieur.

François Hollande a renoncé à 6 000 euros par mois

Mais il ne faut pas oublier l’engagement 47 du candidat François Hollande, qui était de “mettre un terme à l’entrée automatique des présidents de la République au Conseil Constitutionnel”. En renonçant à siéger avec les Sages, François Hollande perdra une somme non négligeable : 6 000 euros par mois.

Emmanuel Macron semble poursuivre dans cette voie. Son premier projet de loi portera sur la moralisation de la vie publique. Ce texte présenté avant les élections législatives de 2017 devrait s’attaquer aux avantages financiers accordés aux élus. Et notamment, à leurs retraites…