Championnat du monde de hockey : l’équipe de France trop tendre

Loin d'afficher le même visage que contre le Canada et la Finlande, l'équipe de France s'est logiquement inclinée en fin d'après-midi face à la République Tchèque pour son avant-dernier match de poule dans la compétition.

Les supporters tchèques se lèvent comme un seul homme. On a atteint la 48e minute de jeu, et Michal Repik vient d’inscrire le quatrième but de son équipe. Un lancer puissant à bout portant que Florian Hardy, le gardien français, n’a pu que ralentir. A douze minutes du terme de la rencontre, la République tchèque a tué tout suspense et mène 4 buts à 1.

Il fallait une victoire aux Français pour atteindre les quarts de finale de ce championnat du monde. Dans un Palais omnisports de Bercy timoré, les Bleus ont couru après le score, sans trouver les moyens d’enflammer le public, pourtant nombreux.

Repik achève les Bleus

Après un début de match sans véritable alerte, les Tchèques ont ouvert le score sur leur première supériorité numérique. Brutaux, réalistes. La différence s’est faite dans ces moments cruciaux de “power play”, où l’une des équipes évolue avec un joueur de moins. Les Bleus n’ont jamais su en profiter, alors que leurs adversaires ont scoré à deux reprises.

Stéphane Da Costa a pourtant ramené l’espoir côté français. Au tout début du deuxième tiers, le meilleur pointeur du tournoi côté bleu a trouvé la faille pour égaliser. Mais après une double supériorité numérique tuée par les Tchèques, Michal Repik est venu porter le coup de grâce à des Bleus sans inspiration en inscrivant le but du 4–1.

Sur une récupération, Antoine Roussel a accéléré pour aller battre le portier tchèque en un contre un, mais il était déjà trop tard. Le cinquième but tchèque est anecdotique. Sans gardien, pour évoluer avec un attaquant supplémentaire, l’équipe de France s’est faite contrer. Une dernière supériorité mal gérée. Finalement l’histoire de ce match.